"Promesses aveugles" d'Audrey Magee

mercredi 22 juillet 2015

Serment de guerre et petits arrangements

"Promesses aveugles" d'Audrey Magee

Peter, instituteur, fils et petit-fils d'instituteurs, combat pour l'Allemagne. Enrôlé par l'armée allemande, soldat malgré lui, il rêve d'un peu de répit et de sortir de ce "trou à rats" où la guerre l'a jeté. Alors, il épouse, sur le champ de bataille, Katherine Spinell, entouré de deux témoins et d'un aumônier : "en quelques minutes, Faber était marié à une femme de Berlin qu'il n'avait jamais vue."

 

Et les deux inconnus se plurent

À quelque mille six cents kilomètres de là, Katherine Spinell vit les mêmes épousailles distantes, prenant pour époux le soldat Peter Faber. Ils ne se connaissent pas, mais cette union est la promesse pour l'un de quelques jours de permission et pour l'autre d'une pension de veuve de guerre au cas où son mari tomberait au champ d'honneur.

La guerre a ses petits arrangements que les temps de paix ne comprendraient pas. Pourtant, quand quelques jours plus tard, Faber vient rencontrer sa jeune et fraîchement épousée femme, passé la première surprise de la rencontre entre le pouilleux soldat et la jolie Katherine à la chevelure brune qui tombe en cascade, et contre toute attente, naît entre eux un véritable sentiment amoureux. Accueilli dans l'appartement familial, il rencontre les parents de Katherine et les amis de la famille, dont le très influent Dr Weinart.

Mais les jours passent vite et Faber doit repartir au front laissant Katherine qui lui promet de l'attendre.

 

Un amour épistolaire au son des canons

L'histoire pourrait n'être qu'un banal roman d'amour. Mais non ! Commence alors un roman historique puissant qui fait voyager le lecteur tour à tour entre le front russe et les horreurs de Stalingrad, et l'atmosphère plus ouatée, faite "d'arrangements" des civils allemands restés à Berlin, qui s'enfoncent peu à peu dans le système nazi, acceptant l'inacceptable.

Alors les jeunes époux s'écrivent des lettres enflammées pleines de promesses d'un lendemain meilleur qu'ils vivront très bientôt ensemble. L'une d'elles apprend à Faber qu'il sera bientôt père. L'enfant est attendu pour juillet 42. Il en est sûr, il sera là pour la naissance de l'enfant, porté par l'enthousiasme des premiers combats ainsi qui l'écrit : "Tu as de quoi être fière de nous. Nous nous sommes battus avec nos tripes et avons réussi à repousser les Russes vers l'est, qui n'ont pas pu reprendre le contrôle d'un territoire qui ne leur appartient plus."

Mais l'histoire qui s'écrit à la poudre à canon contrarie la famille Spinell. Leur fils vient de mourir, tandis qu'eux vivent sans trop souffrir de privations dans un luxueux appartement, qui appartenait à une famille juive, obtenu par un "arrangement".

Ce premier roman porte en lui un souffle épique qui captive le lecteur dès la première page et le tient jusqu'à la dernière. Sans mièvrerie, ni misérabilisme, il raconte l'histoire de ces Allemands ordinaires, dont la littérature parle peu. Soldats ou civils, pas véritablement nazis, ils naviguaient entre opportunisme et confortable égoïsme frayant de plus en plus avec le système nazi. Un récit magistral et intemporel qui raconte tout simplement la faiblesse humaine et l'immense horreur née de petits "arrangements" avec sa conscience.

Au sortir de la guerre, Peter et Katherine se retrouvent, sur le champs de ruines de leur pays et de leur amour.


 
Audrey Magee a été journaliste pendant douze ans, notamment pour les quotidiens The TimesThe Irish Times et The GuardianPromesses aveugles est son premier roman.

 

Agathe Bozon

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Promesses aveugles » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !