Premier essai, premier coup de maître

lundi 10 décembre 2012

L'euphorie de l'écrit

Premier essai, premier coup de maître

Pour certains, leur premier opus a fait mouche. Leur livre a séduit l’éditeur qui a accepté de le publier et la notoriété leur est tombée dessus. On a tout de suite crié au succès, au génie…. ou au scandale.

La presse les a encensé de critiques dithyrambiques ou au contraire porté leur œuvre au pilori mais ils sont devenu célèbres grâce à un talent d’écriture. Ils ont su surprendre. Certains ont écrit d’autres livres à succès et d’autres sont entrés dans la légende avec un seul….ou tombés dans l’oubli. Petit florilège de pépites.

 

Par Hassina Mimoune

  • Le Goncourt pour débuter

    • Couverture du livre « HHhH » de Laurent Binet aux éditions Grasset Et Fasquelle

      HHhH de Laurent Binet

      Un titre imprononçable mais lourd de sens. HHhH raconte comment un Tchèque et un Slovaque ont réussi à assassiner le plus grand bourreau de la deuxième guerre mondiale.

    • Couverture du livre « Le chasseur Zéro » de Roze-P aux éditions Albin Michel

      Le chasseur Zéro de Roze-P

      Rentrée en France à la suite de la mort de son père lors de la guerre du Pacifique, Laura se documente et voit sa vie hantée par les mémoires d'un kamikaze japonais qu'elle identifie de plus en plus à son père.

    • Couverture du livre « L'abyssin » de Jean-Christophe Rufin aux éditions Gallimard

      L'abyssin de Jean-Christophe Rufin

      Un ambassadeur fut envoyé par le Négus à la cour du Roi Soleil. Jean-Christophe Rufin bâtit son premier roman en se fondant sur ce fait historique, l'aventure extraordinaire de Jean-Baptiste Poncet, traversant les déserts d'Égypte et les montagnes d'Abyssinie avant de se retrouver à Versailles.

    • Couverture du livre « Les champs d'honneur » de Deprez/Rouaud aux éditions Casterman

      Les champs d'honneur de Deprez/Rouaud

      Premier d’une série de cinq romans, ce livre a surpris par son écriture nouvelle, un sens de l’évocation particulier qui donne une place prépondérante à cet auteur parmi les grands écrivains contemporains. Evoquant la lignée d’une famille durant la Première guerre mondiale, la Petite histoire s’ancre dans la Grande mais le talent de Jean Rouault est de créer tout un univers à partir de détails.

  • Les phénomènes littéraires primés

    • Couverture du livre « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett aux éditions Audiolib

      La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

      Année 1962, dans le contexte ségrégationniste du Mississipi, trois femmes, deux Noires et une Blanche entreprennent, dans la clandestinité, d’écrire un livre sur leur condition avec tous les risques que cela suppose. Un succès phénoménal adapté au cinéma.

    • Couverture du livre « Sukkwan island » de David Vann aux éditions Gallmeister

      Sukkwan island de David Vann

      Encensé par la critique à sa sortie, ce livre est un véritable ovni qui se situe en Alaska, décor perdu et inhospitalier. Né là-bas, David Vann n’en est que plus convaincant, y situant ce huis-clos étouffant où le tragique règne en maître.

    • Couverture du livre « La Chambre Des Officiers » de Marc Dugain aux éditions Lattes

      La Chambre Des Officiers de Marc Dugain

      Un livre poignant sur les gueules-cassées de la Grande guerre. Dès le début de la guerre, Adrien devient une de ses victimes, défiguré par des éclats d’obus. Sans être larmoyant, ce livre prenant raconte le quotidien de ces personnes abîmées et confrontées au regard des autres. Record des prix littéraires.

    • Couverture du livre « Balzac Et La Petite Tailleuse Chinoise » de Sijie Dai aux éditions Gallimard

      Balzac Et La Petite Tailleuse Chinoise de Sijie Dai

      Années 1970, pendant la Révolution Culturelle, deux jeunes chinois instruits sont envoyés à la campagne pour y être rééduqués par des paysans. Lors de leurs pérégrinations, ils vont s'approprier un trésor inestimable : quelques volumes de Balzac, un trésor culturel interdit. Lecture très subversive, elle transformera leur vie, les éveillera à l'amour, et fera de la fille du tailleur une femme indépendante et avertie.

  • Les plébiscités prometteurs

    • Couverture du livre « Famille modèle » de Eric Puchner aux éditions Albin Michel

      Famille modèle de Eric Puchner

      Avec un humour grinçant, Eric Puchner dépeint l’Amérique contemporaine, prenant pour exemple une famille en décomposition. Des dialogues incisifs, des détails qui tuent, il n’épargne personne. Une découverte stylistique.

    • Couverture du livre « Comment je suis devenu un écrivain célèbre » de Steve Hely aux éditions Sonatine

      Comment je suis devenu un écrivain célèbre de Steve Hely

      Un regard très drôle et réaliste porté sur le monde de l’édition. En véritable parodie, ce livre fustige les travers de ce petit monde fermé, peu connu du grand public et il démantèle les ressorts de cette industrie. Vous ne lirez plus un livre de la même manière !

    • Couverture du livre « Mes illusions donnent sur la cour » de Sperling-S aux éditions Fayard

      Mes illusions donnent sur la cour de Sperling-S

      Souvent comparé à un Sagan au masculin, la critique a salué l’écriture de ce « fils de », un style pointu, drôle et à la structure bien travaillée. Des phrases courtes, poétiques et rythmées avec une désillusion qui n’est pas sans rappeler Bret Easton Ellis. Il est vrai que les références littéraires de l’auteur se situent pour beaucoup outre-Atlantique.

  • Les sulfureux

    • Couverture du livre « Le Diable au corps » de Raymond Radiguet aux éditions

      Le Diable au corps de Raymond Radiguet

      Ce livre provoqua un véritable scandale lors de sa sortie, posant la guerre comme condition au bonheur des amants. Par ailleurs, la disparition de l’auteur à 20 ans, installa les bases d’un véritable mythe et son talent fût autant salué pour son sens de la formule que des thèmes évoqués.

    • Couverture du livre « J'irai cracher sur vos tombes » de Boris Vian aux éditions Christian Bourgois

      J'irai cracher sur vos tombes de Boris Vian

      Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, Boris Vian écrit ce pastiche de roman noir, les thrillers américains étant très à la mode à cette époque (1946). Il fît scandale, condamné pour outrage aux bonnes mœurs, le livre fût même interdit, jugé cru et violent.
      Une exposition est consacrée à Boris Vian à la BNF d’octobre 2011 à janvier 2012.

  • Les atypiques

    • Couverture du livre « Truismes » de Marie Darrieussecq aux éditions P.o.l

      Truismes de Marie Darrieussecq

      Grand succès dès sa sortie, ce roman raconte l’histoire peu banale de la narratrice qui se transforme progressivement en truie. Ecrit en six semaines et traduit en 30 langues, ce fût un véritable phénomène éditorial. Entre fantastique et tragi-comique, cette fable dérangeante a su intriguer et surprendre.

    • Couverture du livre « Extension du domaine de la lutte » de Michel Houellebecq aux éditions J'ai Lu

      Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq

      Avec ce premier roman, Houellebecq a imposé d’emblée son style, son univers n’autorisant pas la demi-mesure : on aime ou on n’aime pas. Plutôt succès critique, ce roman à l’atmosphère neurasthénique, à l’écriture et à l’humour noir sont les éléments qui identifient le style de l'auteur qui n’en est pas moins considéré comme un des plus grands écrivains d’aujourd’hui.

  • Les icônes générationnelles

    • Couverture du livre « Bonjour tristesse » de Françoise Sagan aux éditions Pocket

      Bonjour tristesse de Françoise Sagan

      Dès sa sortie, en 1954, les critiques son élogieuses, le livre demeure un des best-sellers de l’édition française. Significatif d’une certaine époque où l’émancipation féminine s’instaure, Sagan traite de sujets quelle réitèrera comme la vie bourgeoise facile empreinte d’oisiveté, teintée d’humour et de cynisme.

    • Couverture du livre « Attrape Coeur » de J.D. Salinger aux éditions Robert Laffont

      Attrape Coeur de J.D. Salinger

      Publié en 1951, il demeure un best-seller mondial, une des œuvres les plus célèbres de la littérature même si elle choqua à son époque. Roman de l’adolescence qui évoque les doutes et les errances d’un jeune fugueur, il demeure d’une étonnante modernité.

    • Couverture du livre « Moins Que Zero » de Bret Easton Ellis aux éditions Christian Bourgois

      Moins Que Zero de Bret Easton Ellis

      Ce fût la révélation des années 80. L’auteur âgé de vingt-ans seulement dépeint une jeunesse dorée désabusée, un livre choc qui pointe avec talent le vide de ces existences et de leur l’absence d’émotions. 25 ans plus tard paraît Suites impériales, second volet de ce succès.

Où trouver « Mes illusions donnent sur la cour » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !