Portrait de Liu Zhenyun, sarcasmes chinois

jeudi 20 février 2014

Portrait de Liu Zhenyun, sarcasmes chinois

Lecteurs.com, partenaire du Salon du livre de Paris du 21 au 24 mars 2014. Retrouvez toute la programmation du Salon ici.

Les « déboires » mondialement médiatisés de l’artiste Ai Weiwei pourraient faire croire, de loin, qu’il est impossible pour un intellectuel chinois de faire entendre une quelconque voix dissonante. L’exemple de Liu Zhenyun tend à prouver le contraire.

 

 

 

 

 


Parmi les auteurs les plus connus de son pays, notamment grâce à l’adaptation au cinéma de ses romans, régulièrement traduits en France (aux éditions Bleu de Chine et chez Gallimard), il ne se prive jamais d’ironiser sur ses contemporains, voire d’appeler publiquement à une transition démocratique, sans pour autant froisser le régime outre mesure. Ce qui n’était pas une évidence, pour ce pur produit de la transition post-maoïste.

Né en 1958 dans le Henan, une région centrale du pays, il est envoyé en 1973 faire son service militaire dans le désert de Gobi, avant d’intégrer la première promotion de l’université de Pékin d’après la Révolution culturelle. Passé ensuite par le très sérieux « Quotidien de l’Agriculture », il se fait, en tant qu’auteur, porte-parole d’un certain réalisme cynique et absurde. Dans « Les Mandarins » (2004), il s’amuse des « guéguerres » de bureau d’une grande administration, dans les années 1980 de Deng Xiaoping, comme Gogol pouvait le faire à propos des fonctionnaires du tsar.

Quelques années plus tôt, sa nouvelle « Le Portable » raille les nouvelles obsessions de ses concitoyens autour du mobile : son adaptation au cinéma devient le film le plus vu en 2003 en Chine. Son dernier roman, « En un mot comme en mille », traduit en français en octobre dernier, et en partie inspiré par son service militaire, le voit pousser encore plus loin sa réflexion sociale, en interrogeant l’impossibilité de la solitude dans une société chinoise communautaire, « sans dieu » vers lequel se tourner. 

Dans une série de portraits de personnages du Henan, à cinquante ans d’intervalles, Liu Zhenyun tire ici une grande fresque, très juste, sur le quotidien des campagnes chinoises, venant compléter une riche bibliographie à venir découvrir au Salon du livre, où il sera la tête d’affiche de la délégation d’auteurs shanghaïens invités cette année.

- En un mot comme en mille, Liu Zhenyun, éd. Bleu de Chine, Gallimard.
- Les Mandarins, Liu Zhenyun, éd. Bleu de Chine, Gallimard.

Où trouver « Les Mandarins » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !