Phamilia de Bertie Albreh

lundi 09 juillet 2012

Une contre-utopie heureuse

Phamilia de Bertie Albreh

 

 
Il y a dans tout être humain un pachyderme qui ne se nourrit que de norme. Prenez une dictature bien épaisse entièrement dirigée par des mères, un gouvernement exclusivement dédié à la question familiale. Ces mères édictent un Code Héréditaire qui régit la vie de chaque membre d’une famille.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un mastodonte de devoirs aussi arbitraires qu’ils sont injustes mais que la majorité des gens respectent. Parce que pour le pachyderme, la famille et les règles, valent bien tous les sacrifices. C’est toutefois au coeur de la nordique cité austère de Parisis que des germes d’insurrection vont éclore. Plongés au coeur de l’histoire de la famille Albreh, nous assistons à la progressive rébellion de ses membres qui aboutira au soulèvement des aînés de Parisis largement financé par la province libre de Lugdunum. Un vent résistant secoue les pages de Phamilia, et en féconde les personnages. Et pour qui sait lire entre les lignes, il s’agit bien d’une province martyrisée mais au final libérée ! La libération du pachyderme des idées reçues.
 
Avec Phamilia, Les Editions du Gour des dames signent ici ce qu’il convient de nommer : «une contre-utopie heureuse». Renouer avec l’esprit narratif d’un Orwell en ranimant le souvenir éteint d’une Bertie Albreh (Bertie Albrecht de son vrai nom), militante d’avant-guerre et résistante acharnée sous l’occupation. Nul emprunt cependant à la biographie de Bertie ou à son action dans les années 4O, non. Le projet s’est voulu entièrement romanesque : se demander ce que cette résistante, oubliée de l'histoire, aurait pu écrire au XXIème siècle. La réponse est Phamilia.
 
 
Bertie Albreh est née en 1967 à Lyon, « dans les traboules de Saint-Jean, un soir d’août finissant », comme elle aime à le conter. Formée aux Beaux-arts ainsi qu’à l’université Lyon 2, elle se délecte de littérature anglaise avant de se passionner pour les arts visuels. Elle remporte en 1997 le prix Jean-Claude Reynal pour un travail d’illustration des journaux intimes de l’écrivain néo-zélandaise moderniste Katherine Mansfield
Exilée en Angleterre, elle monte Le Gour des dames Editions. Romans courts, journaux et romans graphiques et livres jeunesse au programme !
 
 
Phamilia, Bertie Albreh, Ed. du Gour des dames, (2012), en lecture numérique exclusivement.
 

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !