Oh, my dear ! de T.J.Middleton

dimanche 07 juillet 2013

Le crime aurait pu être parfait

Oh, my dear ! de T.J.Middleton

 


Une petite pépite que ce premier roman de T.J. Middleton publié dans la collection Thriller au Cherche-Midi.
L’auteur a, semble-t-il, éprouvé un plaisir jubilatoire à tourmenter ses protagonistes et notamment, son héros, Al Grennwood, chauffeur de taxi dans un village côtier d’Angleterre.

   




 

 

Coincé  dans cette bourgade où tout se sait, où tout le monde se connaît et dont la principale occupation est de s’épier, Al, 50 ans, projette tout simplement de se débarrasser d’Audrey, son encombrante épouse.
Habituée des promenades qui mènent au phare près de la falaise, par une après-midi pluvieuse, l’occasion est toute trouvée pour suivre cette silhouette vêtue d’un ciré jaune et de la précipiter allègrement dans le vide. Les choses se déroulent d’une façon étonnamment simple : « Une petite poussée et le monde s’était métamorphosé ».

Seulement, de retour chez lui, il trouve sa femme en robe de chambre devant un feu, sirotant un whisky. Si ce n’est pas Audrey, qui a-t-il poussé dans le vide ? Et où était-elle, si elle n’était pas au bord de la falaise ?
Un doute horrible s’installe, d’autant plus que Miranda, une jeune qui s’avère être sa fille a disparu. Contrit de culpabilité dans cette confusion de cirés jaunes de saison, il n’a qu’une obsession, savoir qui il a poussé et où est passée Miranda. S’instaure un jeu cruel entre ces personnages, voisins, pseudo-amis qui ont chacun un compte à régler avec lui.
Avec un humour très british, bien teinté de cynisme, ce roman conté à la première personne, se délecte pour son humour hautement corrosif: « C’était perturbant. A chaque fois que j’essayais de liquider une bonne femme, elle réapparaissait miraculeusement dans mon salon ».

Un enchevêtrement de situations cocasses, des personnages loufoques, font de cette farce décapante, un instant burlesque où les joutes verbales et les descriptions désopilantes fusent en permanence : « Ne forcez pas trop sur le pickle, madame Greenwood, je vous en supplie. Entre la pénicilline et mon pickle, rappelez-vous, c’est mon pickle qui tue le plus de microbes ».

Hassina Mimoune 

Oh, my dear !, T.J.Middleton, le Cherche-Midi, (2013)

Pour aller plus loin :

Livres

Où trouver « Oh my dear ! » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !