Les Cris de Claire Castillon

mercredi 14 avril 2010

Rupture du énième type

Les Cris de Claire Castillon

Il y a tant à dire sur une histoire d’amour et beaucoup a été dit déjà. Dans Les Cris, Claire Castillon saisit le prétexte d’une rupture amoureuse pour finalement évoquer d’une manière totalement inédite la question de la création. On en reste souffle coupé.

 

 

 

 

 

 



C’est son dixième livre et elle n’a rien perdu de sa violence et de son acuité : Avec Les Cris, Claire Castillon signe un roman sur la rupture, mais tourné à sa manière. Aucun risque d’y trouver les clichés du genre : repli sur soi, complaisance douloureuse, dialogues mièvres ou trop enlevés. Non, chez Claire Castillon, la rupture amoureuse fait intervenir la question de la création littéraire. Et ça passe comme une lettre à la poste, avec maestria, sans la lourdeur des romans de cet acabit, plus propices à exciter la critique littéraire qu’à séduire les lecteurs.

Quand Adam, le quinquagénaire usé décide de quitter la narratrice, trop jeune, trop douce, trop parfaite, trop écrivain, il le fait comme le psy qu’il est : en se posant beaucoup de questions, souvent obscènes, s’interrogeant à voix haute pour savoir s’il l’aime elle ou s’il préfère « la mousse » qu’elle suscite.

La narratrice, fatiguée de tomber sur le même type d’homme dont elle connaît déjà toutes les répliques, laisse la main à son « monstre textuel », sa part de création ou son inconscient, selon le point de vue. Le dialogue est précisément entre elle et ce démon qui va la pousser à faire de cette histoire un livre. Le processus de création se déroule sous les yeux du lecteur, sans glose ni bavardage, mais charnel, cru.

Claire Castillon n’a jamais autant et si bien parlé d’elle et de l’écriture. Avec la langue qu’on lui connaît, acérée, vache, mature, et son humour qui corrode le mièvre, elle dévoile et traduit la part intime de l’écrivain qui transforme la vie en livre. Le lecteur referme le livre avec deux certitudes : celle d’avoir lu un bon roman, et celle d’en avoir compris le secret.

Karine Papillaud

Les Cris, Claire Castillon (Fayard), 2010

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !