Le roman choral : des mots pour le dire

lundi 21 janvier 2013

Voix au chapitre

Le roman choral : des mots pour le dire

 

Le roman choral, un genre qui sait rendre un livre vivant et offrir une richesse littéraire particulière, grâce à la diversité de style de chaque personnage. 


Très prisé, il est une manne de créativité et donne aux auteurs le moyen de traiter une problématique, un thème avec toute la dimension humaine qu’elle peut revêtir.

 

C’est une façon d'offrir plusieurs points de vues et l'exercice d'une formidable diversité d’expression pour un écrivain, un très bel exercice de style. Alors, « écoutons » ce qu’ils ont à nous dire…. 

 

Par Hassina Mimoune

  • Dans le tumulte de l’histoire

    • Couverture du livre « Alger sans Mozart » de Canesi et Rahmani aux éditions Naive

      Alger sans Mozart de Canesi - Rahmani

      Algérie, été 1954. Dernier été de paix. Louise est en vacances chez sa soeur à Bougie. Une Cassandre noire, au décours d’une transe, lui dévoile sa destinée : sa vie appartient à cette terre qu’elle ne quittera jamais. Elle y sera heureuse puis malheureuse, plus qu’aucune autre....Ce roman sera adapté au cinéma par Alexandre Arcady.

    • Couverture du livre « La couleur des sentiments » de Kathryn Stockett aux éditions Jacqueline Chambon

      La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

      Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s'occuper des enfants mais pas d'utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s'apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

    • Couverture du livre « Salone » de Laurent Bonnet aux éditions Les Defricheurs

      Salone de Laurent Bonnet

      En langage Krio, Salone est le surnom de la Sierra Leonne, pays frontalier de la Guinée et du Libéria. Salone met en scène une suite d’acteurs qui, de 1827 à 2009, vivent, s’aiment ou combattent dans cette ancienne colonie anglaise. Eclairage original de l’histoire, offert par les portraits de Kaanda la Nupe, Djamil le libanais, Nelson le Temme, Yan le français, Gladys la Kio et bien d’autres.

  • Destins contrariés

    • Couverture du livre « Discordance » de Anna Jorgensdotter aux éditions Lattes

      Discordance de Anna Jorgensdotter

      Cinq frères et soeurs grandissent dans une petite communauté suédoise au pied du mont Kungsberg : deux frères, Edwin et Otto, et trois soeurs, Karin et Sofia, qui restent inséparables jusqu’à ce que l’amour puis la mort les sépare, tandis qu’Emilia sillonne les rues à bicyclette en rêvant d’évasion.
      Tout commence en 1938, un an plus tard, c’est l’Europe entière qui s’embrase. Chacun des membres de la fratrie poursuit sa vie, entre rêves et désillusions au long de deux décennies.

    • Couverture du livre « Providence » de Valerie Tong Cuong aux éditions A Vue D'oeil

      Providence de Valerie Tong Cuong

      Une modeste secrétaire, un homme âgé qui a rendez-vous chez un notaire, un producteur de cinéma influent, une jeune femme brillante, « partner » dans un cabinet de conseil qui a dû mal à se faire une place, différents destins dont la vie remet les cartes en main et réunit dans un hôpital. Une chute de dominos dont la providence, bousculant leur vie, s’amuse à redistribuer le jeu.

    • Couverture du livre « Dans la foule » de Laurent Mauvignier aux éditions Minuit

      Dans la foule de Laurent Mauvignier

      Jeff et Tonino venus de France, Geoff et ses frères de Grande-Bretagne, Tana et Francesco qui viennent de se marier en Italie, mais aussi Gabriel et Virginie à Bruxelles, tous seront au rendez-vous du « match du siècle » : la finale de la coupe d'Europe des champions qui va se jouer au stade du Heysel, ce 29 mai 1985.

  • Questionnement existentiel

    • Couverture du livre « Ouragan » de Laurent Gaudé aux éditions Actes Sud

      Ouragan de Laurent Gaudé

      A La Nouvelle-Orléans, alors qu'une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n'ont pu partir devront subir la fureur du ciel. La nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d'un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s'est dissous dans la peur ?

    • Couverture du livre « La bonne étoile » de Esther Freud aux éditions Albin Michel

      La bonne étoile de Esther Freud

      Dès leur entrée au cours de théâtre le plus prestigieux de Londres, les élèves sont fixés : ils paieront très cher leur intégration à l’élite de la scène. Car au Drama Arts, on n’apprend pas seulement à jouer la comédie, on apprend à devenir un Acteur, à Etre…

    • Couverture du livre « Lark et Termite » de Jayne Anne Phillips aux éditions Christian Bourgois

      Lark et Termite de Jayne Anne Phillips

      Entre la Corée du Sud et la Virginie-Occidentale, quelques dizaines de milliers de kilomètres et neuf ans séparent les deux temps de ce roman à quatre voix. Au centre du récit : Lark, une adolescente rayonnante, qui s'est donné pour mission de protéger son demi-frère handicapé, Termite, à la sensibilité hors du commun. En écho, la voix du caporal Leavitt, le père de Termite, pris dans le chaos de la guerre de Corée. Au fil de leurs pensées surgissent et s'évaporent les mystères familiaux, marqués par les secrets des solitudes aliénées et l'amour de Lola, la mère défunte des deux enfants.

  • Observations sociologiques

    • Couverture du livre « Les derniers jours de Smokey Nelson » de Catherine Mavrikakis aux éditions Sabine Wespieser

      Les derniers jours de Smokey Nelson de Catherine Mavrikakis

      Quatre voix dont celle de Smokey Nelson, condamné pour quadruple meurtre, alternent pour évoquer son exécution, prévue le 15 août 2008 au pénitencier de Charlestown, Depuis près de vingt ans, ces quatre figures d’une Amérique en perdition sont hantées par le même abominable souvenir. Sans cesse ramenées à leur passé, elles deviennent comme autant d’incarnations d’une société abandonnée à elle-même que Catherine Mavrikakis scrute avec une formidable acuité.

    • Couverture du livre « En attendant Babylone » de Amanda Boyden aux éditions Albin Michel

      En attendant Babylone de Amanda Boyden

      Placé sous le signe du chaos, le roman d’Amanda Boyden, restitue l’âme et l’atmosphère de la Nouvelle Orléans en fixant son regard sur la rue d’un quartier populaire de la ville, Orchid Street, dont elle observe la vie pendant une année, un an avant l’ouragan Katrina. À travers les voix de plusieurs habitants, c’est un paysage social et intime, mais aussi une Amérique fissurée par les différences de race et de classe qu’elle saisit et dont la véritable héroïne demeure La Nouvelle-Orléans.

    • Couverture du livre « Gloire » de Daniel Kehlmann aux éditions Actes Sud

      Gloire de Daniel Kehlmann

      Une mosaïque joyeuse et ironique de personnages très différents dont la course à la renommée fait tourner la tête à plus d’un. Un vrai régal littéraire, divertissement garanti.

    • Couverture du livre « Le roman de l'été » de Nicolas Fargues aux éditions Gallimard

      Le roman de l'été de Nicolas Fargues

      C'est le début des vacances d'été dans le Cotentin. Sur le ton de la comédie de moeurs, Nicolas Fargues fait tomber les masques et brosse un tableau de la société française contemporaine à la fois incisif, précis et sans appel.

    • Couverture du livre « Ma bonne » de Maggie Gee aux éditions Belfond

      Ma bonne de Maggie Gee

      Un roman mordant, drôle et fin sur le subtil équilibre du pouvoir entre une londonienne blanche raffinée et sa femme de ménage africaine. Deux portraits de femmes émouvants, une satire sociale élégante et intelligente servie par une prose superbe.

    • Couverture du livre « Savoir perdre » de David Trueba aux éditions Flammarion

      Savoir perdre de David Trueba

      Madrid aujourd’hui. Nourri d’une foule de personnages, toutes générations et classes sociales confondues, ce roman à la prose incisive brosse un portrait décapant, lucide et désenchanté de notre époque, de ses rêves de victoire et de ses innombrables défaites.

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !