Le Mont-de-Sable, ou comment l’âme polonaise succomba à la modernité

mardi 17 mars 2015

Le Mont-de-Sable, ou comment l’âme polonaise succomba à la modernité

Lecteurs.com, à nouveau partenaire du Salon du Livre de Paris, était présent du 20 au 23 mars 2015, porte de Versailles à Paris.

Joanna Bator, vous ne la connaissez pas encore, puisque Mont-de-Sable (ed Noir sur Blanc) est son premier roman traduit en français. Après avoir plongé tête et corps dans les 429 pages de cette histoire, c’est étourdi, épaté et rempli d’un monde foisonnant qu’on range ce livre sur la meilleure étagère de sa bibliothèque, avant de rencontrer l’auteure au Salon du livre à partir du 20 mars prochain.
  

 

 


Le Mont-de-Sable
, c’est ce quartier où un grand bâtiment moderne a été construit, au cœur de la guerre froide et des années 70, au-dessus de Walbrzych, une ville silésienne proche de la frontière tchèque. On y rêve de RFA, de confort, et on se doute que la vie pourrait être plus douce. Jadzia est une petite paysanne ronde et potelée qui débarque à la ville pour travailler chez son vieux vicieux d’oncle. La caricature d’une relation concupiscente est évitée de justesse quand elle rencontre Stefan au pied d’un escalier verglacé qu’elle descend sur les fesses, avant de l’épouser et de mettre au monde des jumelles. Une seule survivra, Dominika, qu’élève la grand-mère Halina tandis que la fibre maternelle de Jadzia ne se développe pas.
 
Bientôt, un grand immeuble s’élèvera au Mont-de-Sable, qui comporte tout à l’égout, eau chaude, et peinture fraîche. Stefan parviendra à y obtenir un appartement. La famille Chmura, « nuage » en polonais, s’installe donc au 10e étage de cet immeuble, signe extérieur d’ascension sociale au sens propre comme au figuré. C’est la modernité, telle qu’on la conçoit de l’autre côté du Mur, l’accession à un statut enviable. On retrouve quelque chose des Chroniques du Plateau de Mont-Royal de Michel Tremblay, dans cette fresque sociale où les personnages s’entremêlent, se disputent et se côtoient dans des vies qui se ressemblent. On y rêvera pourtant très vite de marier ses filles aux Allemands de l’Ouest. Jadzia réalisera ce rêve, grâce au don insoupçonné de Dominika pour les mathématiques.
 
Quarante ans d’histoire sépare la Pologne soviétique de l’occidentalisation d’après 1989, des années 60 fières de leurs mineurs aux années 90 des supermarchés et de la libre entreprise. Au milieu de tout cela, la lignée des femmes de la famille de Jadzia verra la transformation s’emparer de leurs vies à pas de géant. La guerre et ses atrocités ? Les déplacements de population et la Shoah ? Oubliées depuis longtemps, on s’est empressé d’en balayer les leçons, trop occupé à essayer de survivre, le regard braqué à l’Ouest.
 
Dans ce livre où se bousculent une foule de personnages aussi typiques que des héros des contes de grand-mères, Joanna Bator mêle les époques et les croyances populaires à des vies quotidiennes acides. La langue est riche, vive, à l’image des personnages féminins trop vivants, piquants et bordéliques pour se laisser aller à la tristesse. Parfois on se perd un peu, l’esprit d’escalier borde des pages touffues d’histoires, mais on s’étonne qu’un aussi grand monde puisse être contenu dans si peu de pages. 

 

par Karine Papillaud

 

Où trouver « Le Mont-de-Sable » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !