La littérature fait son cinéma

mercredi 14 décembre 2011

Quand les mots s'animent

La littérature fait son cinéma

 

Le cinéma s’est souvent inspiré de la littérature. Des classiques les plus anciens aux romans contemporains, le 7ème art donne parfois un regain de jeunesse à des œuvres tombées dans le domaine public (et parfois aussi dans l'oubli !), à l’image souvent poussiéreuse.

Puis, sur grand écran, ce sont souvent de véritables succès publics (à lire en un clic sur Lecteurs.com) comme Dracula, La Reine Margot, Cyrano de Bergerac, Alice au pays des merveilles et bien d'autres ...

 

 

 

 

En 2011, de nombreux ouvrages font l’objet d’une nouvelle ou d’une première adaptation cinématographique comme l’œuvre majeure d’Albert Cohen, Belle du seigneur.
De précédents livres emblématiques dont la complexité n’est pas toujours évidente à adapter ont pourtant fait mouche, comme Le Parfum de Patrick Süskind, qui après moult scénarii, a été réalisé par Tom Tykwer (2006).

Outre les classiques revisités comme La Princesse de Clève (La belle personne de Christophe Honoré-2008) écrit par Madame de Lafayette, de nouvelles réalisations sont en cours pour Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas (1844) ou un second opus de Sherlock Holmes d’Arthur Conan Doyle (1887) - sans compter l'adaptation télévisée à succès de la BBC où Sherlock Holmes dénoue des intrigues transposées à notre époque.

Quel que soit le genre, les classiques inspirent le cinéma en 2011 : Futuristes comme Le meilleur des mondes (1932) d’Aldous Huxley et réalisé par Ridley Scott, fantastique comme Le magicien d’Oz (1900) de Franck Baum et réalisé par Sam Raimi. Le conte des Frères Grimm, Hansel et Gretel, inspire également le cinéma puisqu’un film d’animation en 3D verra le jour sous la direction de Michaël Bay sans oublier une suite au Dracula (Bram Stoker-1897) de Francis F. Coppola.

Mais avant tout, l'année a été l’année Francis Scott Fitzgerald. Son œuvre étant tombée dans le domaine public, son chef-d’œuvre, Gatsby le magnifique a fait l’objet d’une nouvelle traduction par Julie Wolkenstein (Gatsby chez P.O.L.) et d’une nouvelle version cinématographique par Baz Luhrmann.

Dès les débuts du cinéma, la littérature a toujours été un vivier d’inspiration mais ce phénomène a pris de l’ampleur. Aujourd’hui, quatre films sur dix sont une œuvre littéraire à l'origine. La tendance actuelle est à l’adaptation de best-sellers contemporains comme L’homme qui voulait vivre sa vie de Douglas Kennedy, Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay mais les classiques, même peu connus, se réalisent sur la base de gros budgets (La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier d’après une nouvelle de Madame de Lafayette (encore !), écrite en1662 !!).

Manque d'inspiration des scénaristes ou nouvel eldorado?
Auteurs et éditeurs y trouvent, en effet, un grand intérêt en négociant des droits audio-visuels fructueux et en relançant par la même occasion la vente du livre adapté, ainsi que la mise en lumière d’autres ouvrages de l’auteur.

L’avenir du livre n’est pas que numérique….

Hassina Mimoune

 

Sur le même sujet :
De livres en films, ils ont été à Cannes

Où trouver « Cyrano de Bergerac ; le texte intégrale en BD » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !