La chronique de Muriel Thorel, exploratrice, pour Jacob, Jacob de Valérie Zenatti

lundi 13 octobre 2014

La chronique de Muriel Thorel, exploratrice, pour Jacob, Jacob de Valérie Zenatti

J’adore ce roman parce que tout est dedans : l’émotion, le malheur, la guerre, la mort, l’amour, les sensations, les sentiments, les choses graves et les choses infimes, la vie , en somme.

J’ai dévoré cette histoire, l’histoire de Jacob, jeune juif algérien tout juste bachelier, enrôlé en 1944, avec l’armée d’Afrique pour débarquer en Provence et libérer la France. Cette France qui l’a chassé de l’école alors que les lois antisémites de Vichy étaient en vigueur, il mourra pourtant pour elle, avant ses vingt ans. Le personnage de Jacob est attachant, bon et lumineux. On a envie qu’il ne lui arrive rien, pour qu’il puisse revenir ensoleiller le quotidien des siens, calmer les cauchemars la petite Camille et faire des ricochets avec Gabriel. On n’en ressent que plus cruellement l’injustice de la guerre.
C’est aussi l’histoire de sa famille très pauvre, à Constantine.

L’auteure rend compte de la difficile place des femmes, de la dureté des hommes, de la force des traditions.Tout cet univers est très bien rendu. On sent presque les odeurs de cuisine, et les souffles des dormeurs sur les matelas.
J’ai aussi aimé l’histoire de l’attachement à une terre, où toutes les communautés cohabitent encore en bonne intelligence, à l’image de Jacob et ses frères d’armes, juifs, musulmans , chrétiens, tous unis. Puis c’est l’histoire de l’arrachement de tout un peuple à cette terre, et le difficile exil pour essayer de s’habituer à vivre dans un pays si différent, la France, où ils ne sont finalement que des étrangers. Tout cela est évoqué de façon très subtile et très forte à la fois.

On comprend à la toute fin, que c’est son histoire personnelle, son histoire familiale que l’auteure restitue ici de manière bouleversante.
J’ai trouvé l’écriture puissante et magnifique avec un style très personnel. Les phrases sont longues , sans beaucoup de ponctuation, intégrant les dialogues, déroulant les descriptions et les pensées en continu. Habituellement, le manque de ponctuation me gêne beaucoup, mais pas dans ce texte, on est complètement embarqué dans cette écriture. Et j’ai été très touchée par ce livre qui restera un coup de coeur pour moi.

Pour aller plus loin : Regardez l'interview Autour d'un verre avec Valérie Zenatti

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Jacob, Jacob » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !