La chronique #12 du Club des Explorateurs : "Lignes brisées" de Harold Cobert

mercredi 11 mars 2015

De nos amours adolescentes...

La chronique #12 du Club des Explorateurs : "Lignes brisées" de Harold Cobert

Lancé en janvier 2015, le Club des Explorateurs permet chaque semaine à deux lecteurs de lire en avant-première un même titre que nous avons sélectionné pour eux et de confronter ainsi leur point de vue.

Cette semaine, Leila a choisi Denis pour partager sa lecture et son avis sur le livre Lignes brisées de Harold Cobert (Héloïse d'Ormesson).

 

L'avis de Leila

Vous vous souvenez de ces petits papillons dans le ventre, quand vous étiez ado ? Ces petits sourires bêtes qu’on affichait à longueur de journée ? Si d’aventure, vous réalisez que ces petites sensations sont derrière vous, plongez dans Lignes brisées.

A sa lecture, j’étais brisée, émiettée, on se rappelle ces parfums sucrés et secrets des amours adolescentes.

La mémoire enjolive souvent les souvenirs, mais Gabriel est tenace, Salomé fut et est son plus grand amour, il n’a de cesse de penser à elle, des années plus tard. Cette petite histoire d’amour, qui, parce qu'elle a été avortée, a pris une ampleur considérable et l’a plongé dans l’abyme des souvenirs, des regrets. « Je t’ai quittée depuis trois semaines, après trois mois passés ensemble. « Je te quitte » : trois mots, tout se ferme et s’effondre. « Je t’aime » : trois mots, tout s’ouvre et se bâtit. Trois mois, trois semaines, trois mots, puis s’en va ».

A l’origine, rien ne les destinait à se rencontrer, encore moins à s’aimer. Leurs vies sont aux antipodes l’une de l’autre. Gabriel en perfecto et casque d’argent, Salomé danseuse à l’avenir prometteur. « Nos débuts ressemblent à notre séparation. Ce n’est que la deuxième fois que tout a commencé. Nous nous sommes d’abord à peine croisés. Mais tu connais mon sens de la mesure, je ne peux m’empêcher d’imaginer que ce premier de nos multiples croisements, en lignes brisées, renfermait en germe la totalité de ce qui allait suivre. »

Le premier amour ne rime pas avec éternel, les couples se font et se défont mais les meilleurs épisodes restent imaginaires. La plume ciselée d’Harold a su faire rejaillir cette trace indélébile qui marque nos cœurs adolescents, et que l’on occulte par la suite.

Une mention spéciale aux pages cornées, que l’on comprend à la fin du livre, et qui prennent une toute autre dimension…Une fois de plus mille mercis pour ces merveilleux moments que j’ai passés à lire ce livre !

Leila Renoux

 

L'avis de Denis

Gabriel est écrivain. Son roman Lignes brisées vient de recevoir un prix. Il se rend dans une librairie à Bruxelles pour en assurer la promotion. Dans le train, Gabriel est tendu, il ne cesse de regarder son téléphone portable, guettant un message. Ce n'est pas cette rencontre autour de son livre qui l'inquiète. Va-t-elle venir ? Va-t-elle encore trouver un prétexte pour se décommander?

Salomé est parlementaire européenne, ce matin elle est fébrile. Elle ne cesse de se regarder dans le miroir, hésite sur le choix d'une tenue dans sa garde-robe. Ce n'est pas la réunion parlementaire qui la tracasse, ce sont leurs retrouvailles.

Gabriel et Salomé se sont rencontrés à l'adolescence. Rencontre improbable entre une jeune fille dont la danse est au centre de la vie et un jeune "branleur" vêtu d'un perfecto se déplaçant à moto la tête protégée par un casque argent. Pourtant ces deux-là vont se plaire, ils vont vivre une relation de courte durée, mais qui les marquera tous deux. "Nous ne sommes que des adolescents, pourtant, le drame qui se joue sous des apparences de vaudeville va me pourrir la vie jusqu'à aujourd'hui."

J'ai été cueilli à froid par ce roman. Il touche un thème sensible que nous avons tous vécu : les amours adolescentes, notre premier amour. Souvent de courte durée, ces premiers émois n'en sont pas moins marquants. Ils se heurtent aux aléas de la vie, éloignement, fuite du temps, manque de maturité, mais ils continuent de nous hanter tels des fantômes tout au long de notre vie sentimentale. Sans cesse dans les moments de doute, nous y revenons. Cette petite question "Et si? " revient de manière lancinante. "Et si j'avais été plus audacieux?" "Et si j'avais été plus patient?" "Et si j'avais été moins égoïste.?" Bien que s'étant séparés il y a vingt ans, les deux protagonistes n'ont jamais perdu contact. Gabriel parviendra-t-il, cette fois, à dire ce qu'il ressent vraiment pour Salomé ?

La construction du roman alterne des extraits du roman de Gabriel relatant leur histoire à l'adolescence, avec les états d'âmes de l'auteur à l'approche de la rencontre, et ceux de Salomé. Des chapitres bien distincts intitulés « Pages cornées » renforcent cette impression d'obsession. Les succès comme les échecs d’un premier amour sont comme les pages cornées marquant les passages d'un roman qui nous ont le plus touchés. Harold Cobert nous parle avec justesse des répercussions de nos premières amours, des allers retours que nous faisons sans cesse entre notre histoire actuelle, et celle que nous avons vécue adolescent. Un roman fort, émouvant.

"Il y a deux sortes d'amours manquées : celles qui n'ont jamais commencé et dont on ne connaîtra jamais les regrets, et les pires, celles qui n'ont commencé qu'après avoir fini - et qui n'en finissent pas de mourir sans que nous ayons pu les vivre jusqu'au bout." Jean-Edern Hallier, Les Puissances du mal, cité en ouverture du roman.

Denis Arnoud

 

Merci à Leila et Denis pour ces chroniques passionnantes !

Si vous souhaitez intégrer le Club des Explorateurs, toutes les informations sont ici.

 

Retrouvez toutes les chroniques de nos Explorateurs !

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Lignes brisées » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !