La chronique #10 du Club des Explorateurs : "Les vacances de Mr. Lynch" de Catherine O'Flynn

jeudi 05 mars 2015

Nos Explorateurs partent en voyage...

La chronique #10 du Club des Explorateurs : "Les vacances de Mr. Lynch" de Catherine O'Flynn

Lancé en janvier 2015, le Club des Explorateurs permet chaque semaine à deux lecteurs de lire en avant-première un même titre que nous avons sélectionné pour eux et de confronter ainsi leur point de vue.

Cette semaine, Patricia a choisi Laëtitia pour partager sa lecture et son avis sur le livre Les vacances de Mr. Lynch de Catherine O'Flynn (éd. Jacqueline Chambon).

 

L'avis de Patricia

Dermot Lynch, retraité et veuf depuis peu, décide de rendre visite à son fils Eamonn et à sa petite amie Laura installés à Lomaverde et leur informe de sa venue par courrier mais, par négligence, le fils n'ouvre pas la lettre et voici qu'arrive Dermot à l'improviste à Lomaverde, ville-miroir présentée par les promoteurs comme paradis fiscal pour les Anglais. Mais la crise est passée par là et il trouve son fils totalement désoeuvré par le départ de sa petite amie dans une ville où ne résident que quelques habitants livrés à eux mêmes et sans travail.

Le temps que le style de l'auteure m'apprivoise, je pars en évasion avec Mr Lynch, de chapitre en chapitre, de présent en passé, de disputes en moments de tendresse, dans cette relation père-fils avec une écriture fluide, teintée d'une petite dose d'humour. L'auteure, tel un peintre avec son tableau, nous fait pénétrer dans son roman où rien ne manque, jusqu'au moindre petit détail ! La fin est aussi inattendue qu'espérée.

Un beau roman.

Patricia Hily

 

L'avis de Laëtitia

Dermot, ancien chauffeur de bus au Royaume-Uni, va voir son fils Eamonn dans une petite ville d’Espagne où il s’était installé pour travailler à distance avec sa femme. Le père est veuf, le fils vient de voir sa femme partir. Tous deux se découvrent dans leur solitude et en rencontrant les citoyens d’un lieu dévasté par la crise.

Ce roman nous emporte dans une histoire sans réelle intrigue, tel un feuilleton interminable auquel on s’attache sans vraiment savoir pourquoi. L’écriture est fluide même si on se perd un peu entre le passé et le présent, le père et le fils, mais n’est-ce pas le but de l’auteure ?

J’ai eu plus de mal à « commencer » ce livre qu’à le finir. Il faut vraiment du temps pour rentrer dans cette ambiance, pour avoir envie de rouvrir ce bouquin entre deux chapitres sans fin. Petit à petit je suis entrée dans leur vie, dans leur ville avec leurs ragots, leurs humeurs… Petit à petit je me suis surprise à analyser les personnages, à imaginer des choix différents, des ouvertures, des possibilités plus positives ou plus palpitantes, pour me rendre compte que dans la vraie vie, les personnages de Catherine O’Flynn sont plus proches de la réalité que ce que je souhaiterais. On a un peu envie de les bousculer, qu’il se passe plus de choses, mais au fond, leurs vies ressemblent beaucoup aux nôtres. Et j’avoue que ce n’est pas forcément cela qui me séduit habituellement le plus dans un roman.

Laëtitia Giorgis

 

Merci à Patricia et Laëtitia pour ces chroniques passionnantes !

Si vous souhaitez intégrer le Club des Explorateurs, toutes les informations sont ici.

 

Retrouvez toutes les chroniques de nos Explorateurs !

 

Où trouver « Les vacances de Mr. Lynch » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !