La bibliothèque idéale de Tatiana de Rosnay

dimanche 17 mars 2013

La bibliothèque idéale de Tatiana de Rosnay

Tatiana de Rosnay est écrivain. Son roman Elle s’appelait Sarah, publié en 2006 l’a propulsée parmi les écrivains français les plus lus en France et en Europe.

Son nouveau roman, Rose (ed Héloïse d’Ormesson) paru en mars 2011 est le onzième d’une série de romans dont la moitié sont rachetés ou en cours de négociation pour le cinéma.

 

Par Karine Papillaud

  • .

    • Couverture du livre « Le Portrait de Dorian Gray » de Oscar Wilde aux éditions

      Le Portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde

      J’aime profondément Oscar Wilde et ce roman résume parfaitement son esprit. C’est une fable cruelle sur un homme faussement angélique qui me fascinait lorsque j’étais adolescente. C’est aussi un rman très visuel : on se souvient tous de la fin, quand Dorian contemple le portrait défiguré. Magistral ! Je m’aperçois quand je vais dans les classes pour des rencontres avec les jeunes lecteurs, que le roman était encore très lu parmi les ados français.

    • Couverture du livre « L'Assommoir » de Emile Zola aux éditions

      L'Assommoir de Emile Zola

      Zola n’est plus assez lu et c’est vraiment dommage. Pour moi, il est incontournable. Je serais capable de me battre pour défendre Zola ! C’est l’un des plus grands auteurs du XIXe siècle quand même ! L’Assommoir est un roman extrêmement fort, étonnamment moderne qui reflète parfaitement le Paris ouvrier et sa dureté, la déchéance de l’alcool, à travers des personnages attachants. C’est l’un des cinq romans de la série des Rougon Macquart que j’ai relu pour écrire Rose.

    • Couverture du livre « Villa triste » de Patrick Modiano aux éditions Gallimard

      Villa triste de Patrick Modiano

      Je suis une fan inconditionnelle de Modiano. On dit qu’il écrit toujours le même livre, c’est vrai, et c’est pour cela que je l’aime. Villa triste qui est le premier Modiano que j’aie lu, se détache cependant du reste de ses livres. C’est en tout cas mon avis. Je trouve sa nostalgie charmante et ce n’est pas un roman parisien.

    • Couverture du livre « Denis Lavant Histoires Extraordinaires » de Denis Lavant aux éditions Naive

      Denis Lavant Histoires Extraordinaires de Denis Lavant

      Je les ai lues en anglais puisque je suis moitié anglaise. C’est fascinant de penser qu’il a été traduit par Baudelaire. Quelle histoire ! Ces deux écrivains maudits qui ne se sont jamais rencontrés et qui se regardent comme en miroir par l’effet de cette traduction. Parmi ces histoires, deux me terrifient depuis toujours : « Le Cœur révélateur » et « La Chute de la maison Usher ». Je n’en dis pas plus !

    • Couverture du livre « Gatsby le magnifique » de Francis Scott Fitzgerald aux éditions Lgf

      Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald

      Quand même, Fitzgerald ! Je suis tombée amoureuse de cette plume, de ce personnage solaire qui me fascinait et ça n’a rien à voir avec l’adaptation cinématographique dans laquelle il est incarné par Robert Redford. J’ai rencontré peu de personnages littéraires aussi « dashing », fringants, élégants. Tout ce qu’il fait pour récupérer Daisy, c’est magnifique et aussi le témoignage d’un homme terriblement seul et désespéré.

    • Couverture du livre « Le bal » de Irene Nemirovsky aux éditions A Vue D'oeil

      Le bal de Irene Nemirovsky

      Le Bal et Suite française
      Une révélation absolue que j’ai découverte comme la plupart des gens après qu’on lui a remis un Renaudot posthume en 2004. Je suis éblouie par la beauté de l’écriture de cette femme, mâtinée d’une cruauté majestueuse. Le Bal raconte par exemple comment une jeune fille trop jolie se venge de sa mère qui la prive d’un grand bal. C’est un chef d’œuvre sur les relations mère-fille ratées. Un livre court, extraordinaire.

    • Couverture du livre « Sukkwan island » de David Vann aux éditions Gallmeister

      Sukkwan island de David Vann

      Un des rares livres à m’avoir donné simultanément vertige et malaise. Très fort, capable d’emmener très loin dans l’indicible. J’en suis encore bouleversée.

    • Couverture du livre « Philippe » de Camille Laurens aux éditions Gallimard

      Philippe de Camille Laurens

      Un court roman sur la mort de son enfant. Là aussi il est difficile de mettre des mots. Je me souviens d’avoir écrit à l’auteur quand le livre est sorti, tant j’avais été bouleversée par la profondeur de cette parole douloureuse et claire.

    • Couverture du livre « L'adversaire » de Emmanuel Carrère et Nicole Garcia aux éditions Gallimard

      L'adversaire de Emmanuel Carrère - Nicole Garcia

      Il est très fort, Emmanuel Carrère ! Capable de s’approprier un fait divers monstrueux pour en faire un incroyable moment de littérature. C’est un écrivain, un vrai. Il se nourrit des autres avec un talent qui me surprend à chaque livre.

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !