La bibliothèque idéale de Sacha Sperling

vendredi 14 décembre 2012

La bibliothèque idéale de Sacha Sperling

A l'occasion de la sortie de son nouveau roman, Les coeurs en skaï mauve, Sacha Sperling nous présente sa bibliothèque idéale.

 

Par Karine Papillaud

  • .

    • Couverture du livre « Misery » de Stephen King aux éditions Lgf

      Misery de Stephen King

      Je suis fan des romans d’épouvante et de science fiction, et encore plus fan de certains romans de King. Misery, c’est un thriller immobile, ainsi qu’une réécriture haletante du mythe de Shéhérazade. En plus, ça fait vraiment peur…

    • Couverture du livre « Le Grand Sommeil » de Raymond Chandler aux éditions Gallimard

      Le Grand Sommeil de Raymond Chandler

      C’est le roman noir par excellence. Avec du sang qui salit le marbre des belles villas, de belles femmes en noir sous le soleil ironique, et un inspecteur drôle et solitaire : le désormais culte Philip Marlowe.

    • Couverture du livre « Le guépard » de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa aux éditions Seuil

      Le guépard de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa

      C’est le roman parfait, complet. Il y a tout dedans. Au cœur de la chaude Sicile, on découvre l’histoire bouleversante du prince de Salina, dernier représentant d’un monde aristocratique qui disparaît. C’est un roman sur l’orgueil, le temps qui passe, la transmission, la mort…

    • Couverture du livre « L.A. story » de James Frey aux éditions Flammarion

      L.A. story de James Frey

      Un roman polyphonique qui raconte une ville : Los Angeles. A travers les différents visages, les différents parcours, on devine le portrait beau et terrifiant de la vie moderne dans la cité des anges.

    • Couverture du livre « Fantasio » de Alfred De Musset aux éditions Gallimard

      Fantasio de Alfred De Musset

      J’ai vu la pièce avant de lire le texte. Sur scène, on assiste à la nuit décadente d’un cynique magnifique. Un prince sans le sou qui fume l’opium pour mieux parler de ses rêves. Un poète euphorique et triste, exalté et drôle qui « a le mois de mai sur les joues et le mois de janvier dans le cœur ».

    • Couverture du livre « Lunar Park » de Bret Easton Ellis aux éditions Robert Laffont

      Lunar Park de Bret Easton Ellis

      C’est un livre d’épouvante et surtout, un livre sur la paternité, la filiation, la part d'ombre terrifiante qui existe dans ces deux rapports. Un roman sur les peurs d’enfant qui se transforment, se cachent, et finissent par revenir nous hanter.

    • Couverture du livre « Manhattan Transfer » de John Dos Passos aux éditions Gallimard

      Manhattan Transfer de John Dos Passos

      C’est le livre qui raconte le mieux New York, la ville, les gens, l’énergie. Une multitude de personnages se croisent au moment où la ville se construit, on les suit, on les perd, on les retrouve avec plaisir. Ce roman écrit dans les années 20 me fait penser à l’ancêtre des bonnes séries télé.

    • Couverture du livre « Jack Barron et l'éternité » de Norman Spinrad aux éditions J'ai Lu

      Jack Barron et l'éternité de Norman Spinrad

      C’est un livre d’anticipation, à la fois roman et fiction politique. Dans l'Amérique des années 90, un animateur télé vedette découvre qu’un homme très puissant à trouver le secret de l’immortalité. Le roman raconte la lutte morale entre ces deux hommes. Une lutte entre le bien et le mal. En plus, la vision du futur de Spinrad est très empreinte d’une ambiance 70, ce qui donne un charme particulier au roman.

    • Couverture du livre « Le festin nu » de Burroughs Willi aux éditions Gallimard

      Le festin nu de Burroughs Willi

      J'ai du recommencer le livre plusieurs fois avant d'en saisir l'ampleur. C'est un délire, le délire génial et hanté de Burrough qui nous raconte la douleur, le désir...Il faut juste s'accrocher au début!

    • Couverture du livre « Lolita » de Vladimir Nabokov aux éditions Gallimard

      Lolita de Vladimir Nabokov

      C'est l'un des premiers romans ''sérieux'' que j'ai lu. Je me rappelle de la couverture du Poche avec une fille blonde aux lèvres très rouges. J'ai été marqué par le road-trip de ce drôle de duo, lui, monstrueux et touchant, et elle qui s'en fout. C'est cruel et sexy, russe et américain. Un excellent livre à lire quand on a l'âge de l'héroïne...

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !