La Bibliothèque idéale de Didier van Cauwelaert

lundi 10 décembre 2012

« Tous ces romans sont pour moi des livres de chevet que je relis, dans lesquels je sais ce que je reviens chercher »

La Bibliothèque idéale de Didier van Cauwelaert

Prix Goncourt pour "Un aller simple", Didier van Cauwelaert a publié "Le journal intime d'un arbre", en 2011, approche originale pour penser la vie autrement. Avec sa bibliothèque idéale, l'auteur à succès se livre un peu plus....

 

Interview de Didier van Cauwelaert

 

 

Par Karine Papillaud

  • .

    • Couverture du livre « Le neveu de Rameau » de Denis Diderot aux éditions Harmattan

      Le neveu de Rameau de Denis Diderot

      Diderot y invente le vrai « nouveau roman » : il casse les codes de la structure narrative en interpellant le lecteur, avec une liberté de ton qui fait prendre un coup de vieux à n’importe quel roman écrit classiquement. Jubilatoire.

    • Couverture du livre « Thomas l'imposteur » de Jean Cocteau aux éditions Gallimard

      Thomas l'imposteur de Jean Cocteau

      C’est un petit livre qui raconte de façon enchanteresse les atrocités de la guerre de 1914-1918, par le contrepoint de gens décalés. On sort heureux de ce livre, malgré le contexte de l’histoire, et mieux armé face à notre époque.

    • Couverture du livre « La Vouivre » de Marcel Aymé aux éditions Gallimard

      La Vouivre de Marcel Aymé

      Une créature de légende utilisée par des campagnards pragmatiques pour servir leurs intérêts. L’insertion du fantastique dans une réalité triviale, avec un style d’une précision implacable. Tout ce que j’aime !

    • Couverture du livre « L'humeur vagabonde ; un singe en hiver » de Antoine Blondin aux éditions Table Ronde

      L'humeur vagabonde ; un singe en hiver de Antoine Blondin

      Un livre sur le décalage entre le rêve d’une « vraie vie » et le monde tel qu’il est. Humour lucide, désenchanté, généreux. J’ai souvent besoin de réentendre la musique de ce texte.

    • Couverture du livre « La promesse de l'aube » de Romain Gary aux éditions Gallimard

      La promesse de l'aube de Romain Gary

      C’est le Gary fondateur. Beaucoup d’éléments personnels qu’on trouve dans ce roman me touchent et me ressemblent. Sa relation à sa mère est assez proche de celle que j’avais avec mon père. Dans l’humour décapant comme dans la nostalgie motrice, je ressens une grande fraternité avec Gary.

    • Couverture du livre « Gros-Câlin » de Romain Gary aux éditions Gallimard

      Gros-Câlin de Romain Gary

      L’autre versant de Gary. Cette histoire d’amour entre un homme et un python est le livre le plus poignant et le plus drôle qu’il m’ait été donné de lire sur la solitude.

    • Couverture du livre « Je Hais Les Acteurs » de Ben Hecht aux éditions La Decouverte

      Je Hais Les Acteurs de Ben Hecht

      Un livre réjouissant de cynisme vengeur. Quand des gens de l’édition, de la tété ou du cinéma m’exaspèrent, je me plonge dans ses pages pour trouver encore pire, et en rire.

    • Couverture du livre « La Douceur Assassine » de Dorner-F aux éditions Albin Michel

      La Douceur Assassine de Dorner-F

      Un vieux prof de philo oublié « ressuscité » par une jeune vendeuse. C’est l’opposé de Lolita, mais l’histoire ne tourne jamais comme on imagine. Un bijou de tendresse, d’humour et d’espoir. Le film est actuellement en cours de tournage avec Michael Caine et Clémence Poésy.

    • Couverture du livre « Quatrième étage » de Nicolas Ancion aux éditions Pocket

      Quatrième étage de Nicolas Ancion

      Un jeune romancier très audacieux et précis, entre Marcel Aymé et Georges Simenon. Il raconte le Bruxelles d’aujourd’hui, les puissances financières face aux petites gens derrière leurs façades murées. Une ambiance à couper au scalpel. Un choc d’écriture.

    • Couverture du livre « La confession des anges » de Christel Noir aux éditions Prisma

      La confession des anges de Christel Noir

      Un premier roman sorti en novembre 2011, qui m’a fait tomber à la renverse. C’est l’histoire d’un parcours initiatique et spirituel, avec autant de fantaisie que de profondeur : quatre vieilles dames irrésistibles transforment, pour le meilleur et pour le pire, une hôtesse de l’air en ange terrestre. La romancière parvient à créer un merveilleux d’un modernisme inouï, à partir d’un cadre réaliste très fort. Je n’ai pas encore compris comment elle réussissait cette bascule littéraire. Le style envoûte et diffuse un bien-être poignant.On sort de ce livre heureux et changé. A lire absolument.

Pour aller plus loin :

Livres

Où trouver « Le journal intime d'un arbre » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !