La bibliothèque idéale de David Vann

mardi 15 janvier 2013

La bibliothèque idéale de David Vann

 

A l'occasion de la parution de son roman, Désolations (Gallmeister), David Vann (Prix Medicis étranger 2010 pour Sukkwan Island), nous présente ses dix livres favoris.

  • .

    • Couverture du livre « Noeuds Et Denouement » de Annie Proulx aux éditions Rivages

      Noeuds Et Denouement de Annie Proulx

      Annie Proulx est une styliste hors pair. Elle emploie la métrique et la diction anglosaxonnes (dans son deuxième paragraphe par exemple “hive-spangled, gut roaring” et “ham knuckle, buttered spuds”), ce qui sublime le contenu. Elle utilise des fragments de phrases, des listes, éliminant tous les éléments grammaticaux qui ne sont pas nécessaires. C’est de plus parfaitement adapté à son personnage qui étudie le journalisme et apprend à écrire des gros titres. Quoyle, est un personnage fabuleux que personne n’aime dans un roman qui est finalement une histoire d’amour.

    • Couverture du livre « Méridien de sang » de Cormac McCarthy aux éditions Points

      Méridien de sang de Cormac McCarthy

      À mon avis, le plus grand roman américain de ces cinquante dernières années (malgré l’incontestable portée et nécessité de Beloved) dans la lignée de Melville et Faulkner. Cormac McCarthy s’empare d’un genre mineur, le western, pour l’élever au plus haut rang de la littérature. Le roman n’offre aucun accès aux pensées ou sensations des personnages mais tout est dit d’eux à travers le paysage. La violence même s’exprime dans ce paysage. McCarthy emprunte à Faulkner cette manière d’étendre le paysage littéral au paysage figuratif. De même que The Shipping News d’Annie Proulx, je relie ce livre simplement pour la qualité de ses phrases, presque incroyables.

    • Couverture du livre « Elizabeth Bishop The Complete Poems And Looked Our Infant Sight Away Capes/Agregation Anglais » de Nesme aux éditions Ellipses Marketing

      Elizabeth Bishop The Complete Poems And Looked Our Infant Sight Away Capes/Agregation Anglais de Nesme

      Elizabeth Bishop est une immense poétesse accessible à tous. Dans son poème « At the Fishhouses », elle part souvent d'un détail mineur pour évoquer un espace plus grand. Ainsi "une brillante touffe d'herbes éparses" se transforme en une colline. Elle était peintre autant que poétesse et elle teinte l'ouverture du texte d'un clair de lune argenté puis d'un vert d'émeraude. On suit ses coups de pinceau sans en être distrait. Car notre attention est maintenue par la progression de la lumière, de l'opacité vers la transparence. L’image est filée jusqu’à ce que l’auteur nous plonge dans l’eau d'une "absolue clarté" que nous pouvons sentir sur nos langues et accéder ainsi à une sorte de révélation.

    • Couverture du livre « Beloved » de Toni Morrison aux éditions 10/18

      Beloved de Toni Morrison

      C’est le roman considéré comme le plus grand roman américain de ces 25 dernières années. Toni Morrison ne se contente pas de transformer des paysages réels en paysages métaphoriques, elle se sert aussi de fantômes et de doubles pour révéler l’histoire qui se cache derrière chaque personnage. Un roman à la véritable portée épique, où chaque phrase est merveilleuse.

    • Couverture du livre « Les contes de Canterbury ; et autres oeuvres » de Geoffrey Chaucer aux éditions Robert Laffont

      Les contes de Canterbury ; et autres oeuvres de Geoffrey Chaucer

      En fait, il faudrait ajouter à cette liste tout le travail de Chaucer, en moyen anglais dans une édition critique bien documentée. Tout le monde devrait apprendre par cœur les 18 premières lignes des Contes de Canterbury car c’est là le début de la littérature en anglais, juste après la collision entre le vieil anglais et le français. Ces vers montre la langue anglaise au plus beau de ce qu’elle a jamais été et de ce qu’elle sera jamais. Les échos germaniques de la langue ne se sont pas encore éteints et les voyelles françaises sont encore puissantes. C’est un moment formidable dans l’histoire de la langue, celui où deux langues rentrent en collision et ne font pas seulement des emprunts l’une à l’autre. Un double vocabulaire, un double héritage métrique, deux manières de penser et d’imaginer, deux structures grammaticales. Tout cela est extrêmement perceptible chez Chaucer et depuis nous avons constamment œuvré à faire de notre langue un paillasson.

    • Couverture du livre « Enéide » de Virgile aux éditions Harmattan

      Enéide de Virgile

      Peut-être est-ce parce que je suis américain et que notre empire est corrompu et moribond, mais cette épopée qui remet en question la fondation de Rome me paraît particulièrement juste. C’est plus beau dans le texte car le phrasé latin est plus flexible que l’anglais (à cause des déclinaisons mais aussi à cause des conventions poétiques et des sonorités.) Mais il existe de beaucoup de bonnes traductions. L’abandon de Didon, la mort de Turnus : il y a de nombreux moments dramatiques qui paraissent parfaitement d’actualité.

    • Couverture du livre « Le guépard » de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa aux éditions Seuil

      Le guépard de Giuseppe Tomasi Di Lampedusa

      Peut-il y avoir un meilleur sujet de roman que le déclin de l’aristocratie et l’ascension de la classe moyenne ? Précieuse, aimable et élégante…ce livre vous ferait presque donner tout ce que vous possédez aux aristocrates. Comme des oiseaux rares. C’est à ce demander s’il faudrait les préserver…

    • Couverture du livre « Vestiges Du Jour » de Kazuo Ishiguro aux éditions Belfond

      Vestiges Du Jour de Kazuo Ishiguro

      Emma Thompson et Anthony Hopkins ont joué dans l’adaptation de ce roman et, même s’ils étaient formidables, le film pèche néanmoins car la litterature permet des effets qui ne peuvent être rendus au cinéma. Le roman s’achève avec un glissement de la narration, une dissolution de la syntaxe et de la diction au moment où le personnage admet qu’il a le cœur brisé. Cette voix élégante et subtile, à la fois formelle et distanciée, permet d’explorer ce qu’il y a de plus intime en nous et ce regard rétrospectif sur une vie gâchée est complètement déchirant.

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !