La Bibliothèque idéale de David Foenkinos

mardi 11 décembre 2012

La Bibliothèque idéale de David Foenkinos

Lors de la publication de son roman, Les SouvenirsDavid Foenkinos nous a présenté sa bibliothèque idéale. 

  

Les Souvenirs (Gallimard)
« J’ai si souvent été en retard sur les mots que j’aurais voulu dire » : la confession de l’auteur-narrateur du livre, incapable de dire à son grand père mourant qu’il l’aime. Le livre commence sur une mort annoncée et défile toutes les petites joies et les fleurs fanées qui accompagnent les relations avec ceux qu’on aime. Le petit-fils, le fils, l’amant, le père, David Foenkinos égrène tous les rôles d’une vie et offre un regard méditatif sur la vie comme elle est, des débuts d’un amour à la vieillesse des siens, avec la délicatesse et la plume légère qu’on connaît à l’auteur de Nos Séparations.

 

Par Karine Papillaud

  • .

    • Couverture du livre « Belle du seigneur » de Albert Cohen aux éditions Gallimard

      Belle du seigneur de Albert Cohen

      On parle souvent de l’amour chez Cohen, mais quelle drôlerie !... Dans ce livre, la peinture des ambitions mesquines des petits hommes à la SDN est si forte. Quant à l’écriture, c’est sûrement le style qui m’émerveille le plus.

    • Couverture du livre « L'insoutenable légèreté de l'être » de Milan Kundera aux éditions Gallimard

      L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera

      Livre absolu. Un mélange parfait d’intelligence et de sensuel, de politique et d’érotique. Avec une étrange notion au centre : celle de l’attendrissement. Pourquoi une femme nous touche plus qu’une autre ?

    • Couverture du livre « LE PAYSAN DE PARIS » de Louis Aragon aux éditions Gallimard

      LE PAYSAN DE PARIS de Louis Aragon

      Errance d’un jeune homme à Paris, perdu entre les sensations. Au cœur de tout, la sensualité. Avec cette phrase que j’aime : « en vain la raison me dénonce la dictature de la sensualité. »

    • Couverture du livre « Cosmos » de Witold Gombrowicz aux éditions Gallimard

      Cosmos de Witold Gombrowicz

      Un auteur que j’admire infiniment. Comme Thomas Bernard, il y a telle densité dans ses livres. Il est capable de répéter les choses d’une manière incessante. Dans ce livre, il ne décrit l’héroïne, Léna, que par sa bouche. Son étrange bouche tordue.

    • Couverture du livre « Les démons (les possédés) » de Fedor Mikhailovitch Dostoievski aux éditions Gallimard

      Les démons (les possédés) de Fedor Mikhailovitch Dostoievski

      Mon premier grand choc. Il y a tant de nervosité et de folie dans ce livre. Je suis parti directement en Russie après cette lecture.

    • Couverture du livre « Panoplie Litteraire » de Bernard Frank aux éditions 10/18

      Panoplie Litteraire de Bernard Frank

      Je suis fou du style de Frank. Un sens inouï de la formule. Toujours si drôle, avec une pointe de nonchalance. C’est un essai fabuleux sur Drieu La Rochelle.

    • Couverture du livre « Un homme » de Philip Roth aux éditions Gallimard

      Un homme de Philip Roth

      Livre court et absolu. Tout y est en 150 pages. L’amour, les femmes, la vieillesse, la maladie. Le livre qui m’a le plus fasciné ces dernières années.

    • Couverture du livre « La télévision » de Toussaint Jean-Phili aux éditions Minuit

      La télévision de Toussaint Jean-Phili

      J’adore son humour proche de Tati. Une sorte de douce désinvolture. Avec un personnage qui tente d’écrire à Berlin, et qui passe son temps en pyjama. Il parle toujours ce qu’il devrait faire, sans le faire. Si drôle.

    • Couverture du livre « La promesse de l'aube » de Romain Gary aux éditions Gallimard

      La promesse de l'aube de Romain Gary

      C’est un livre qui m’a toujours touché par sa force romanesque. Le jeune Gary, suroxygéné par l’amour de sa mère, devient un héros. Et tant de phrases à souligner ! A propos des cheveux d’une fille, il dit de sa douceur « qu’elle est sans précédent dans l’histoire du cheveu humain ».

    • Couverture du livre « La possibilité d'une île » de Michel Houellebecq aux éditions Lgf

      La possibilité d'une île de Michel Houellebecq

      J’adore Houellebecq. Il a tant apporté à la littérature contemporaine. Ce livre me touche particulièrement pour sa dernière partie, une sorte d’errance poétique.

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !