La Bibliothèque de l'Inde

mardi 15 janvier 2013

Multiple et mystérieuse

La Bibliothèque de l'Inde

 

Par son gigantisme, son histoire, sa richesse culturelle et spirituelle, l’Inde fascine, effraie, séduit mais ne laisse pas indifférent. Des écrivains-voyageurs aux témoignages de natifs, des romans foisonnants aux réflexions philosophiques, l’Inde en a inspiré plus d’un pour relater un pays toujours en mouvement et tellement riche de contradictions.

 

Par Hassina Mimoune

  • Les classiques

    • Couverture du livre « Un Barbare En Asie » de Henri Michaux aux éditions Gallimard

      Un Barbare En Asie de Henri Michaux

      Entre carnet de voyage et le roman, Henri Michaux décrit l'Inde spirituelle et quotidienne. Ayant voyagé en Inde dans les années 30, il évoque avec justesse les effets déstabilisateurs que l’on peut ressentir lorsque l’on visite ce pays, laissant voler en éclat tous nos référents mais, par ailleurs, avec un humour ravageur, il balaie tous les clichés que l’on peut avoir sur l’Inde. Un livre très enrichissant.

    • Couverture du livre « L'Inde sans les anglais ; Mahé des Indes » de Pierre Loti aux éditions Kailash

      L'Inde sans les anglais ; Mahé des Indes de Pierre Loti

      Un récit de voyage assez étonnant. Entré à l’Académie française à l’âge de 42 ans, l’œuvre de Pierre Loti est surtout autobiographique. Fasciné par l’Orient, il séjourne en Inde une première fois en 1886 et y retourne en 1899 pour une mission officielle pour une longue période, parcourant plusieurs villes. Très descriptif, recherchant l’exotisme, il éprouve une véritable fascination pour la spiritualité indienne qui reste un mystère pour lui, évoquant le Gange et ses légendes ou les bûchers funéraires.

    • Couverture du livre « Les Désenchantées » de Pierre Loti aux éditions

      Les Désenchantées de Pierre Loti

      Au début du XXe siècle, un écrivain français déjà célèbre occupe un poste diplomatique à Istanbul. Une jeune femme de la haute société turque et deux de ses amies entrent secrètement en contact avec lui.

    • Couverture du livre « L'odeur de l'Inde » de Pasolini P P aux éditions Gallimard

      L'odeur de l'Inde de Pasolini P P

      En 1961, Pier Paolo Pasolini accomplit un voyage en Inde avec Alberto Moravia et Elsa Morante. Il en rapporte un récit de voyage intimiste fait de ses errances et des profondes affinités mystiques qui l'unissent aux indous, tout en dépeignant un peuple miséreux que la mort n’effraie pas.

    • Couverture du livre « Une certaine idée de l'inde » de Alberto Moravia aux éditions Arlea

      Une certaine idée de l'inde de Alberto Moravia

      Second récit analytique d’un voyage effectué avec Elsa Morante et Pasolini en 1961, il est complémentaire à L’odeur de l’inde de Pasolini. Outre le choc culturel, Moravia est saisi par ce pays en plein bouleversement, véritable défi social. Recherchant les causes de cette extrême pauvreté, il s’en entretient avec Nehru et n’hésite pas à dénoncer le système des castes. Il passe aussi en revue les différentes religions, décortique les superstitions et relève les effets – positifs et négatifs – des colonialismes qui se sont succédé.

    • Couverture du livre « Kim » de Rudyard Kipling aux éditions Gallimard

      Kim de Rudyard Kipling

      On pourrait considérer que ce roman résume toute l’œuvre de Kipling car il y évoque l’expérience nourrie par son enfance en Inde, la double culture anglo-indienne où tous les genres sont réunis comme la philosophie, le romanesque, le pittoresque, la poésie et l’humour. Il y fait une description multiculturelle de l’Inde mais que les métropolitains méconnaissaient ou méprisaient.

  • Les « poids lourds »

    • Couverture du livre « Le regard de l'Inde » de Naipaul-V.S aux éditions Grasset Et Fasquelle

      Le regard de l'Inde de Naipaul-V.S

      Prix Nobel de littérature en 2001, V.S.Naipaul, déraciné et en quête d'identité, livre dans ce court récit une réflexion sur les origines.

    • Couverture du livre « Le dieu des petits riens » de Arundhati Roy aux éditions Gallimard

      Le dieu des petits riens de Arundhati Roy

      Rahel et Estha Kochamma sont jumeaux de sexes opposés et se retrouvent après 23 ans d’une séparation douloureuse. Les souvenirs s'enchaînent au gré d'associations d'idées jusqu’à la résurgence d'un drame que la mémoire essaie d'esquiver. Un récit émouvant et poétique empreint d'humour et de drôlerie. Ce premier roman a été un événement littéraire dans tout le monde anglophone, et a obtenu le Booker Prize en 1997.

    • Couverture du livre « Le Jardin De Badalpour » de Mourad-K aux éditions Lgf

      Le Jardin De Badalpour de Mourad-K

      Dans l'enceinte du palais décrépi du défunt radjah de Badalpour, une jeune occidentale vient régulièrement se ressourcer dans un petit jardin. Zahr est fille de sultane et descendante d'un des derniers souverains de Constantinople mais aussi fille de radjah, et donc de cette terre indienne. Elle perd tout à sa naissance. Sa mère, ayant fuit l'Inde, elle l'a confiée avant de mourir à une famille adoptive. Une fois adulte, Zahr se lance dans cette quête désespérée d’identité sans laquelle elle a l'impression de ne pouvoir commencer à vivre.

    • Couverture du livre « Le Jeune Et Le Festin » de Anita Desai aux éditions Gallimard

      Le Jeune Et Le Festin de Anita Desai

      La tyrannie et le laxisme familial. L'Inde et l'Amérique. Anita Desai, cette célèbre auteur indienne qui partage son temps entre New Delhi et les États-Unis, nous livre une superbe mise en miroir des traditions familiales de ces deux pays. Dans l'un, les lois sacro-saintes de la famille surprotègent, étouffent, paralysent ; dans l'autre, l'absence de toute structure familiale déroute, dilue, tue.

  • Les best–sellers

    • Couverture du livre « Les fabuleuses aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire » de Vikas Swarup aux éditions Libra Diffusio

      Les fabuleuses aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire de Vikas Swarup

      Splendeur et misère de l'Inde d'aujourd'hui ou les rocambolesques aventures d'un gamin des rues qui rêve de devenir quelqu'un. Une galerie de portraits colorée, un voyage dans les recoins les plus sombres d'un pays fascinant, une construction brillante pour une œuvre originale.

    • Couverture du livre « Loin de Chandigarh » de Tejpal-T.J aux éditions Lgf

      Loin de Chandigarh de Tejpal-T.J

      L'Inde du Nord à la fin des années 1990. Un journaliste et sa femme, Fizz, partagent, depuis quinze ans, une intense passion, très sensuelle, très charnelle, jusqu'au jour où, dans leur maison accrochée aux contreforts de l'Himalaya, le narrateur découvre soixante-quatre épais carnets, le journal intime et impudique d'une Américaine, Catherine - ancienne propriétaire des lieux -, dont la lecture va peu à peu détruire son couple... Figure emblématique en Inde, c’est le premier roman de Tarun J. Tejpal.

    • Couverture du livre « Un atlas de l'impossible » de Anuradha Roy aux éditions Actes Sud

      Un atlas de l'impossible de Anuradha Roy

      A travers le parcours de trois générations d’une famille bengalie dont le destin, de la colonisation à l’Indépendance, se confond avec l’histoire de l’Inde au XXe siècle, Anuradha Roy célèbre la force des relations individuelles et l’inaliénable rapport des hommes aux lieux qu’ils habitent dans un roman très fort.

  • Les atypiques

    • Couverture du livre « Un Garcon Convenable Tome 1 » de Seth-V aux éditions Lgf

      Un Garcon Convenable Tome 1 de Seth-V

      Etonnante galerie de nababs et d'intouchables au coeur des mystères de l'Inde, histoire immergée dans la grande Histoire, roman d'amour ou saga familiale, ce livre, en vérité, déborde tous les genres et promet tous les plaisirs. L’Inde multiple, irréductible, troublante se révèle au rythme d’une vaste intrigue. On y rencontre la misère et l'espérance.

  • Les témoignages

    • Couverture du livre « Kal ; un abécédaire de l'Inde moderne » de Jean-Joseph Boillot et Flora Boillot aux éditions Buchet Chastel

      Kal ; un abécédaire de l'Inde moderne de Jean-Joseph Boillot - Flora Boillot

      Dans cet ouvrage, Jean-Joseph Boillot et sa fille Flora qui connaissent l’Inde depuis longtemps, tentent d’expliquer les symboles et ce qu'ils sous-tendent dans l'inconscient collectif. Ayant pour référence CG Jung, chantre de l'étude des rêves et Roland Barthes, dont la réflexion démontre la relation entre un peuple et sa langue, les auteurs nous éclairent sur le chemin d'une Inde en phase avec son temps, dans cet ouvrage magnifiquement illustré.

Commentaires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !