"Jeanne Lanvin, arpèges" d'Isabelle Mestre - la chronique #16 du Club des Explorateurs

jeudi 02 avril 2015

"Jeanne Lanvin, arpèges" d'Isabelle Mestre - la chronique #16 du Club des Explorateurs

Lancé en janvier 2015, le Club des Explorateurs permet chaque semaine à deux lecteurs de lire en avant-première un même titre que nous avons sélectionné pour eux et de confronter ainsi leur point de vue.

Cette semaine, Agnès D. a choisi Agnès G. pour partager sa lecture et son avis sur le livre Jeanne Lanvin, arpèges d'Isabelle Mestre (éd. Le Passage).

 

L'avis d'Agnès D.

L'histoire de la célèbre maison de couture et parfumerie "Lanvin", imaginée par un auteur empreint de poésie, peut être un peu trop. Jeanne Lanvin a 13 ans, elle s'ennuie, ses parents sont pauvres et ses frères nombreux. Elle veut travailler, s'émanciper, sortir de cette condition qui l'enkyste dans une vie qui ne lui ressemble pas et qu'elle rejette. Ses premiers pas dans la couture vont l'amener là où elle a fini, directrice de la maison de couture la plus cotée de Paris, qui deviendra une grande maison de parfum, après la création de son célèbre flacon « Arpège ».

Un roman offert à une femme d'exception, mais qui n'a pas su me toucher, malgré la poésie qui émane de chaque phrase et la beauté des textes. L'auteur ne fait que survoler la vie de Jeanne, sans vraiment dévoiler ce qu'elle était vraiment. On reste sur sa faim, que ce soit la mère, la femme d'affaires ou l'amante inachevée. Le domaine de la mode n'est pas un sujet dont je sois friande, c'est sans doute pour cela que j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le roman, et l'envie de découvrir le destin de cette femme sans nul doute charismatique mais par trop secrète, est trop éloignée de moi. 

Agnès Droudun

 

L'avis d'Agnès G.

Ce roman m’a été proposé par Karine et Camille de lecteurs.com dans le cadre du « Club des Explorateurs ». Avant de vous faire part de mon analyse, je tenais à les remercier, toutes deux, de m'avoir permis cette lecture.

Isabelle Mestre, dans ce livre, où la délicatesse et l’élégance affleurent à chaque page, a résolument pris le parti de dérouler, par petites touches, la vie de la si discrète Jeanne Lanvin, en suivant le fil chronologique de ses soixante-dix-neuf années d’existence. Le livre se découpe en 8 chapitres et se conclut par un épilogue. Elle emploie, tout au long de ce trop court roman, la première personne, comme pour mieux se fondre dans cette personnalité évanescente qu’elle prête à Jeanne dans son texte. C’est une forme de long monologue qu’elle semble murmurer à l’oreille d’un mystérieux monsieur rencontré, un caniculaire dimanche d’été 1895, sur l’hippodrome de Longchamp et qu’elle croisera quelquefois, rarement (trop rarement ?), et toujours par hasard durant sa vie, sans que jamais ni l’un ni l’autre n’ose vraiment franchir la barrière prêtée à la bienséance.

L’auteur n’a pratiquement sacrifié aucun des éléments factuels composant la vie de cette grande dame de la haute couture française. D’ailleurs, pour approfondir notre connaissance documentée des péripéties ayant entrainé l’ascension et la réussite de Jeanne Lanvin dans ce monde élitiste de la mode parisienne, un renvoi, en fin du roman, est fait à la biographie de l’historien Jérôme Picon, publié par Flammarion en septembre 2002.

Son écriture est basée sur une alternance de phrases très courtes, pointant de façon quasi chirurgicale l’objet qu’elle désire mettre en exergue et de phrases plutôt longues, constituées de nombreuses appositions, quand elle souhaite évoquer un pan de cette vie de labeur acharné, sans pourtant trop nous en dévoiler. J’ai eu l’impression diffuse, main néanmoins présente, tout au long de ma lecture, qu’Isabelle Mestre se plaisait à entretenir cette atmosphère de mystère. En effet, tout en lâchant certains substrats, le livre refermé, le sentiment prééminent est que, Jeanne Lanvin restera pour ceux qui l’ont côtoyée, comme pour ceux qui ne l’ont pas connue, une énigme.

Le seul regret que j’ai eu face à ce roman, que j’ai trouvé un peu expéditif, comme si Isabelle Mestre s’obligeait à s’autocensurer, est le traitement quasi étriqué qu’elle a consacré aux personnages secondaires. Personnages qui semblent, malgré tout, avoir eu une réelle influence sur la trop sérieuse Jeanne. Plusieurs paragraphes, au début de l’histoire, sont dédiés à Adèle, couturière rencontrée chez Madame Bonni, lors de ses premiers pas dans le monde du travail, avec la promesse implicite de la retrouver par la suite. Or, seule une vague mention de la dépressive Adèle à la peau si blanche, est plaquée dans le dernier chapitre. J’ai eu la sensation similaire à propose du mannequin Marcelle sur laquelle elle s’attarde pour brusquement plus rien en dire, pas même en fin de roman !

Et pourquoi une telle omerta au sujet de Gabrielle Chanel qui fut l’une de ses plus grandes rivales de l’époque ? Ainsi, malgré ses petites réticences, qui témoignent plus de ma frustration que de ma désaffection pour ce roman, je pense qu’il est essentiel de le lire, maintenant, au cours de ce printemps 2015, car il sera une excellente préparation avant de se rendre à l'exposition dédiée à Jeanne Lanvin (1867-1946) au Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris, jusqu’au 23 août et proposée pour les 125 ans de la prestigieuse maison de couture Lanvin.

Je conclurai par cette phrase de Jeanne Lanvin, dont le seul nom de « Madame » suffisait pour la nommer et qui atteste de toute la rigueur qu’elle a intégrée dans la construction de son empire pour régner sur la mode parisienne de la première partie du XXème siècle : « Il faut se méfier de l’imagination. L’imagination doit d’abord servir à voir d’avance les défauts de ce qu’on imagine. »

Agnès Galimont-Radmacher

 

Merci à Agnès D. et Agnès G. pour ces chroniques passionnantes !

Si vous souhaitez intégrer le Club des Explorateurs, toutes les informations sont ici.

 

Retrouvez toutes les chroniques de nos Explorateurs !

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Jeanne Lanvin, arpèges » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !