Interview de Louis Chevaillier, responsable éditorial chez Gallimard

vendredi 17 février 2012

« Le poche reste l’édition de référence »

Interview de Louis Chevaillier, responsable éditorial chez Gallimard

Folio fête son quarantième anniversaire en publiant une série d’éditions spéciales. Visite guidée avec Louis Chevaillier, responsable éditorial de la littérature contemporaine pour la fameuse collection poche de la maison Gallimard.

 

 

 

 

 

 

 

Comment les éditions Folio ont-elles vu le jour ?
Folio
est créée en 1972 par Claude et Gaston Gallimard. Elle accueille dès le départ les titres du fonds Gallimard, précédemment parus au Livre de Poche.
Le premier titre ? « La condition humaine » de Malraux. Le deuxième ? « L’Etranger » de Camus. Se fait jour dès cette époque le souhait de publier les chefs-d’œuvre de la littérature française et étrangère, du passé comme d’aujourd’hui. Et de demain. Au total, ce sont plus de 8 000 titres, toutes séries confondues. Je m’occupe de 130 nouveaux livres par an. 

Comment définir l’identité de Folio par rapport aux autres éditeurs poche ?
Il y a d’abord notre politique de fonds. Nous conservons et réimprimons la grande majorité des titres du catalogue. Cette volonté de garder disponibles des œuvres majeures, malgré des ventes parfois moyennes, reste une de nos spécificités. Pour les nouveautés, nous cherchons des livres capables de résonner à la lecture et après la lecture, d’approfondir notre rapport au réel. Des titres qui influencent la vie. Deux tiers des nouveautés viennent du groupe Gallimard. Un tiers est acheté à l’extérieur. Nous rachetons parfois, comme pour Salman Rushdie ou Kazuo Ishiguro, l’intégralité du fonds, ou presque, d’auteurs parus précédemment chez d’autres éditeurs.

Il y a donc une certaine idée d’entretien du patrimoine littéraire ?
C’est lié à notre politique d’auteurs. Presque tout Hemingway, Faulkner ou Gide sont disponibles ici. Folio est une collection emblématique, qui compte plus de trente Prix Nobel, ce qui donne ce caractère de référence. Mais la collection se cultive aussi, et surtout, au présent. Nous publions de jeunes auteurs qui seront, peut-être, les classiques de demain. 

Quelle est la part de la littérature étrangère ?
Il y a un peu moins de 50 % d’auteurs étrangers parmi les nouveautés. Toutes les littératures sont représentées, avec plus de soixante nationalités, des anglophones aux Japonais, en passant par l’Europe de l’Est et du Sud, l’Amérique latine, etc. 

Un éditeur poche s’occupe de livres déjà publiés. Quel est le cœur de votre métier exactement ?
Beaucoup de lectures, avant tout. Je fais un travail de propositions de nouveautés et de redécouvertes, parfois liées à l’actualité. Antoine Gallimard (directeur de la maison, ndlr) établit les programmes. Ensuite, il faut élaborer le livre : choisir la couverture avec le service artistique, rédiger la quatrième de couverture, intégrer les modifications que l’auteur peut apporter. Et faire partager notre enthousiasme : présenter le livre aux représentants, travailler avec le service marketing pour défendre les titres au mieux. 

Les textes sont revus par les auteurs lors de la parution en poche ?
Cela arrive. Ils peuvent être corrigés, augmentés. C’est important, car le poche reste l’édition de référence. La seule qui sera disponible après un certain temps. 

Comment fêtez-vous les quarante ans de Folio ?
Nous proposons des éditions spéciales, une fois par mois, disponibles sous une jaquette particulière, avec des textes souvent inédits. A été publié en janvier une nouvelle traduction, inédite, de « Gatsby le magnifique ». En février, Une anthologie du journal d’André Gide, une œuvre maîtresse qui fait plus de 3 000 pages en Pléiade. En mars, nous sortons « Candide » de Voltaire illustré par Quentin Blake. En avril, les « Exercices de styles » de Queneau,  dans une édition augmentée de vingt exercices et de variations publicitaires inédites. Suivront, dans le cours de l’année, des œuvres d’André Malraux, de William Golding, d’Ernest Hemingway, de Romain Gary

Sur le même sujet : Le livre de poche : toute une culture

Où trouver « Candide » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !