Interview de Guy Jacquemelle pour son nouveau roman : Les Années insouciantes

lundi 25 juillet 2011

Interview de Guy Jacquemelle pour son nouveau roman : Les Années insouciantes

 

A l'occasion de la sortie de son second roman, Guy Jacquemelle nous parle de ses goûts littéraires et de ses choix d'écrivain. Rencontre.


 

 

 

Les Années insouciantes est votre deuxième roman après La Sandale rouge. Quel sont les éléments qui ont suscité l’écriture de ce roman ?
Je souhaitais raconter l’histoire de deux amis d’enfance que les aléas de la vie ont séparés.
Tout comme Jeanne, la jeune journaliste de La Sandale rouge, Christophe le personnage principal des Années insouciantes est dans l’action. Il est pressé, complètement investi dans sa vie professionnelle ; il songe en permanence à éviter le prochain obstacle… C’est alors que son meilleur ami, disparu depuis dix ans, l’appelle à l’aide. Christophe n’a jamais pris le temps de se retourner sur son passé. Cet événement va l’obliger à le faire.
L’amitié peut-elle résister à la distance, aux années et à l’ambition ? Est-elle capable de modifier une trajectoire toute tracée ? C’est ce que j’ai voulu aborder dans ce roman.

 

Dans La sandale rouge, l’intrigue se situe dans le milieu du journalisme, ici, la communication, est-ce un univers propice à l’analyse des relations humaines ?
J’aime ancrer mes personnages dans leur vie professionnelle. Dans La Sandale rouge, Jeanne était une jeune journaliste qui découvrait la vie d’une rédaction parisienne. Dans Les Années insouciantes, Christophe dirige une jeune agence de communication.

Côté jardin, il y a cette belle image que délivrent ses clients sur leurs produits et leur stratégie. Côté cuisine, c’est parfois moins glorieux : il faut taire certaines vérités, déstabiliser les concurrents, cacher la poussière sous le tapis …
Le milieu de la communication, que je connais un peu, permet d’évoquer des relations humaines basées sur l’amitié et la complicité, mais aussi parfois la concurrence et la trahison…

 

Le suspens pimente votre roman, et le mot thriller est souvent évoqué pour votre livre, est-ce votre genre littéraire de prédilection ?
J’aime les thrillers. Ils ne sont pas forcément mon genre de prédilection, même si j’apprécie beaucoup Fred Vargas, Douglas Kennedy, Stieg Larsson ou Harlan Coben
En tant que lecteur j’aime la littérature du dix-neuvième siècle et du début du vingtième : Balzac, Zola, Stendhal, Hugo, Dostoïevski, Tolstoï, Jane Austen, Edith Wharton, Alain-Fournier...
La richesse des sujets, la précision des descriptions, l’analyse des sentiments, des récits empreints de lyrisme et jalonnés de grands moments épiques, tous ces auteurs décrivent une humanité dérisoire et grandiose.

Parmi les auteurs contemporains, j’aime aussi beaucoup Stephan Zweig, Milan Kundera, Paul Auster, Valérie Tong Cuong et Tatiana de Rosnay.
Passionné de cinéma, j’ai également été très influencé par des réalisateurs, virtuoses du suspens, tels qu’Hitchcock (le plus grand), Polanski, Scorsese, Chabrol, de Palma et par des films tels qu’Usual Suspects, Les Diaboliques, Les Félins … On aime tellement se faire peur et essayer de deviner ce qui va arriver au héros.
 

Hassina MIMOUNE

Où trouver « La sandale rouge » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !