Des incontournables de l'année

jeudi 12 juin 2014

Des incontournables de l'année

Chaque année révèle de nouveaux talents, confirme des auteurs attendus, promet de beaux succès. Devant cette pléthore de romans, il est nécessaire de s'arrêter sur certains afin de découvrir et de comprendre l'engouement qu'ils ont su susciter.
La période estivale devient alors la saison privilégiée pour laisser perdurer l'envie ou même la nécessité de lire ces auteurs. L'exploration continue, savourez ces instants....

 

Par Hassina Mimoune

  • La vie devant soi

    • Couverture du livre « Réparer les vivants » de Maylis De Kerangal aux éditions Verticales

      Réparer les vivants de Maylis De Kerangal

      Récit d'une transplantation cardiaque, l'auteure plusieurs fois primée pour cette aventure poignante et réaliste, arrive à transcender la puissance de cet organe dans toute sa symbolique.
      Prix Orange du Livre 2014

    • Couverture du livre « Le collier rouge » de Jean-Christophe Rufin aux éditions Gallimard

      Le collier rouge de Jean-Christophe Rufin

      Au lendemain de la 1e Guerre Mondiale, un héros de guerre emprisonné pour outrage à la nation, un juge aristocrate qui doit démêler l'affaire, et un chien. Les trois protagonistes principaux de ce court récit sont au coeur d'une fine réflexion sur la fidélité, la loyauté, les valeurs humaines.

  • Le poids de l'histoire

    • Couverture du livre « Confiteor » de Jaume Cabre aux éditions Actes Sud

      Confiteor de Jaume Cabre

      Prix Courrier international du meilleur roman étranger 2013, ce magistral roman est une réflexion sur l'être humain, la culture par le regard d'un enfant, Adria, retraçant la mémoire de siècles d'histoire, de l'Inquisition à Auschwitz. Jaume Cabre a consacré huit ans à l'écriture de ce roman.

    • Couverture du livre « Kinderzimmer » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud

      Kinderzimmer de Valentine Goby

      Prix des libraires 2014, Valentine Goby aborde le thème délicat de femmes déportées à Ravensbrück en 1944 qui ont mené leur grossesse à terme. Par la prise de distance nécessaire, l'auteure nous livre un témoignage d'histoire et de connaissance indispensable.

  • Regards sur une société

    • Couverture du livre « L'emprise t.1 » de Marc Dugain aux éditions Gallimard

      L'emprise t.1 de Marc Dugain

      Un roman réaliste et palpitant sur les arcanes du pouvoir politique, économique et des renseignements. Construit comme un véritable thriller, il interroge également sur l'état de la démocratie aujourd'hui.

    • Couverture du livre « Les douze tribus d'hattie » de Mathis Ayana aux éditions Gallmeister

      Les douze tribus d'hattie de Mathis Ayana

      Par le biais du quotidien d'Hattie qui fuit la Georgie ségrégationniste avec sa mère en 1923, Ayana Mathis dépeint le portrait de cette mère de douze enfants jusqu'en 1980, proposant non seulement la vie d'une famille mais également l'évolution d'un pays.

    • Couverture du livre « Les suprêmes » de Edward Kelsey Moore aux éditions Actes Sud

      Les suprêmes de Edward Kelsey Moore

      Un focus sur l'Amérique des années 50 à nos jours par le biais de trois amies surnommées Les Suprêmes dès leur jeunesse. Des personnages au caractère bien trempé et un reflet des évolutions d'une société. Un premier roman léger et profond à l'humour décapant.

    • Couverture du livre « La petite communiste qui ne souriait jamais » de Lola Lafon aux éditions Actes Sud

      La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon

      Première gymnaste à avoir obtenu la note supérieure aux JO, Nadia Comaneci est devenue une icône en 1976, à 14 ans seulement. Portée aux nues, elle basculera dans l'oubli en grandissant et en devenant femme, faisant disparaître la magie de ce corps d'une souplesse fascinante. Prix Ouest-France Etonnants voyageurs 2014 et Prix de la Closerie des Lilas 2014

  • Imaginaire et symbolique

    • Couverture du livre « L'homme qui avait soif » de Hubert Mingarelli aux éditions Stock

      L'homme qui avait soif de Hubert Mingarelli

      Démobilisé lors de l'occupation américaine du Japon en 1946, Hisao revient de la montagne avec une soif obsédante. Descendu du train pour boire, train qui doit le mener vers la femme aimée, il le voit repartir avec sa valise et l'oeuf de jade qu'il comptait lui offrir. Un livre d'une puissante poésie.

    • Couverture du livre « Les évaporés » de Thomas B. Reverdy aux éditions Flammarion

      Les évaporés de Thomas B. Reverdy

      Au Japon, lorsque quelqu'un disparaît, on dit qu'il s'est « évaporé ». Yukiko va ainsi partir à la recherche de son père, Kaze, parti en pleine nuit, notamment dans le quartier des travailleurs pauvres de San ya à Tokyo, repaire pour des milliers "d'évaporés"...
      Prix Joseph Kessel 2014.

    • Couverture du livre « Faillir être flingué » de Celine Minard aux éditions Rivages

      Faillir être flingué de Celine Minard

      Lauréate du Prix du livre Inter 2014, Céline Minard nous offre un livre singulier à première vue qui tient du western mais qui vous emmène délicieusement dans les grands espaces peuplés d'une galerie de personnages interlopes. Une véritable épopée.

Commentaires

Les dernières discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !