Découvrez le texte du gagnant de notre Défi d'écriture : « Ça mérite une correction, ou comment rater ses examens en 20 leçons »

dimanche 24 juillet 2016

Découvrez le texte du gagnant de notre Défi d'écriture : « Ça mérite une correction, ou comment rater ses examens en 20 leçons »

Merci à tous pour votre participation au défi d'écriture avec la maison d’édition Les Belles Lettres au tour du livre "Ça mérite une correction ou comment rater ses examens en 20 leçons » de Yoram Leker.

Nos finalistes t : Caroline Jauneau  ; Caroline Januel  ; Brice Reiter  ; Thomas LAIGLE et Prune Thiry.

Bravo à  Brice Reiter, le vainqueur de ce défi avec 47 votes.

Encore Bravo à tous, toutes nos félicitations pour votre imagination et votre participation !

Découvrez le texte de Brice REITER :

"Regardez ce texte.

Regardez le autant que vous le pouvez. Ce texte est une femme que vous désirez et cela devrait durer aussi longtemps que vous lirez ce texte. Peut-être un peu plus. Pourquoi pas même jusqu'au moment où vous l'aurez quitté.

Ce texte est une femme donc. C'est la femme que vous désirez. Tantôt celle avec des formes charnelles ou plantureuses, tantôt celle avec des yeux si beaux que ça vous retourne le ventre. Cette femme, c'est celle que vous désirez. Elle est belle, à votre goût . Elle est intelligente comme vous l'avez toujours attendu. Elle est attendrissante, aimante, souriante, gentille. Cette femme, celle que vous désirez.

Regardez bien cette femme. Vous la désirez et, elle aussi, elle vous désire. Vous la désirez et vous aimerez lui plaire. Elle veut vous charmer également.

Cette femme est l'objet de votre désir. Lorsque vous désirez cette femme, tout vous attire. Son parfum, ses cheveux, ses pommettes, son sourire, ses formes, son caractère. Cependant, cette femme, vous ne la connaissez pas. Vous commencez à peine à la parcourir, à lire en elle, mais vous ne savez toujours rien d'elle. Rien du tout.

En fait, cette femme désire aussi quelque chose, pas seulement vous, elle désire surtout quelque chose de plus. Elle désire un diamant. En fait, elle vous désire car vous pourrez lui apporter ce joyau.

Nous voilà alors dans une relation bien complexe.

D'un coté, il y a cette femme qui vous désire car elle attend quelque chose de vous. D'un autre coté, elle voit aussi en vous un idéal vers lequel elle aimerait que vous vous projetez, vers lequel elle aimerait que vous, lecteur, vous tendez. Mais, cette femme veut avant tout ce diamant.
Toute femme sait qu'un beau diamant - comme un bel homme - vaut mieux que mille bagues en or ou en argent.

Alors oui, cette femme désire ce diamant et c'est pour quoi elle vous désire.

Regardez toujours cette femme. Fixez la bien et parcourez la à présent en sachant qu'elle ne vous désire que pour obtenir ce dont elle souhaite.

N'oubliez pas : cette femme est magnifique. Elle a un peu près votre âge. Elle a une belle carrière, un corps que seuls vos fantasmes ont su dessiner, un visage qui sort de vos rêves. Cette femme vous désire toujours. Quelle chance, vous aussi, mais plus vous avancez, plus vous doutez.

Rappelez vous encore qu'elle vous désire seulement car vous pourrez lui permettre d'obtenir ce qu'elle désire. Alors que vous, vous la désirez pour ce qu'elle est, en ce moment, pour tout ce qu'elle produit dans votre imaginaire. Elle est votre diamant. Le seul et l'unique.

Rappelez vous que vous n'êtes pas le sien.
Dès lors, au fond de vous, quelque chose vous dit que le désir n'est jamais rien d'autre qu'une ruse et ce qui vous attire aujourd'hui ne vous attira peut-être plus demain. Vous vous dites que le désir est un moment de l'instant, de l'ordre de l'immédiat. On peut avoir des rêves, mais le désir est différent, il se peut qu'il ne dure pas. Vous le sentez, maintenant.

Le désir n'est jamais vraiment réel car la réalité, elle, existe dans le temps. Ou du moins, elle s'y confirme. Le désir lui est un piège car il est du domaine du fantasme et de l'illusoire. Le désir nous possède autant qu'il est l'objet de la possession. C'est pourquoi lorsque l'on obtient ce que l'on désire, on ne le désire plus, du coup l'objet du désir qui semblait bien réel au début disparaît dès lors que l'on se l'approprie.

C'est ce qui se passe là, maintenant, devant vos yeux, puis aussi devant les yeux de cette maîtresse faite de phrases et de paragraphes.

Au fur et à mesure que vous parcourez cette femme, que vous pensez vous l'approprier, vous comprenez que tout cela est une embuscade. Vous ne le savez probablement pas encore, mais ce désir de l'avoir, ce souhait de la voir vous appartenir, vous effraie. Vous savez qu'elle ne vous veut que pour une seule chose. Vous, vous ne vous la voulez que pour ce qu'elle représente. Elle est votre pierre étincelante. Et, vous, vous n'êtes que l'instrument qu'il lui permettra d'obtenir la sienne.

Le désir est donc cette relation complexe à sens unique qui n'existe que dans la projection imaginaire dans laquelle il s'est créé. Le désir se nourrit du réel de la possession, mais aussi rapidement que l'on possède l'objet du désir, le désir s'efface et un autre apparaît. Alors, peut-être suffirait-il d'arrêter de désirer et seulement, je ne sais pas, se contenter de ce qu'on a? Ou bien, peut-être, le seul désir qui vaut d'être assouvi, serait celui d'être réellement aimé?

Oui, car l'amour existe bien dans le temps, ou du moins il s'y confirme dans l'avenir quand le désir lui se dilate dans la durée.

Vous commencez donc à comprendre maintenant.

Cette femme est en train de vous instrumentaliser pour assouvir ses propres velléités. Vous la désirez toujours car elle ne vous appartient toujours pas. Maintenant vous préservez cette distance et le désir continuera, peut-être, qui sait, éternellement. Cependant, elle, cette femme, elle n'attendra pas, elle ira autre part, vers quelqu'un d'autre. Oui, car elle veut sa pierre, plus que tout. Si ce n'est pas grâce à vous, ça sera avec quelqu'un d'autre.

Le temps passe maintenant et ce texte commence à devenir long. Cette femme n'est plus aussi jeune qu'au début où vous avez commencé à la parcourir. Votre désir s'estompe et votre regard se dirige vers quelque chose de nouveau. Vous êtes même, peut-être, distrait par autre chose. Mais, une dernière question vous retient pourtant et c'est pourquoi vous êtes toujours là, à désirer. Le désir maintenant est différent, vous désirez savoir ce qu'est ce diamant.

Ce diamant, c'était de vous garder jusque là, de vous séduire jusqu'à la fin de ce texte. Souvenez-vous, ce texte est une femme. Son diamant était de vous séduire pour réussir, de vous garder jusqu'à la fin pour que vous ne partiez pas lire les autres femmes. Vous avez été son accessoire car tant que vous lirez cette femme, elle continuera d'exister. Comme un diamant qui brille aux doigts de chaque femme rappelle à quel point elle existe vraiment.

Cette femme ne vous désirait seulement pour ça. Vous savez tout à présent. Je vous sens maintenant décrocher. Votre désir s'estompe car il a été assouvi. Vous ne me désirez plus alors, moi cette femme, ce texte, car vous savez tout, car vous avez tout, tout ce que vous attendiez.

Dans le futur, vous pourriez essayer de parcourir cette femme à nouveau, essayer de la redécouvrir une nouvelle fois mais ça ne sera plus pareil, car vous la connaissez à présent et vous vous êtes déjà appartenus le temps de cette première lecture. Puis, aussi, vous connaissez la ruse…

Par contre, espérons que vous avez aimé cette femme, car c'est la seule façon pour vous voir revenir vers elle.

Maintenant, reprenez et regardez vers elle une dernière fois.

Il y a qu'une seule chose qui permet de savoir ce qui est réel, c'est le temps. Le temps permet de tout confirmer. Prenez l'exemple de l'amour ou de l'amitié, plus ça dure , plus on peut dire que c'est réel. Donc, oui, la réalité se confirme dans le temps. Le désir lui s'efface dans l'espace de la durée quand le fantasme se révèle. Seule la transformation du désir en amour permet de rester et de revenir vers ce qu'on avait préalablement désiré. L'amour, c'est rendre réel le désir.

Bref, j'imagine que vous êtes déjà en train de désirer une autre femme dont le mystère et l'inconnu vous attirent. Mais, si jamais vous êtes encore là, sachez que cette femme, ici, vous désire encore…

...enfin, je ne sais pas vraiment jusqu'à quand.

Peut-être même, qu'au final, elle vous aime puisqu'elle est encore là à revenir vers vous.

Alors, pensez-vous encore que le désir peut se satisfaire de la réalité, si le désir n'est fondé que sur le fantasme, l'imaginaire et les aspirations individuelles?

Je pense que non, et soudainement, cette femme a le désir que vous le comprenez."        

(c) Brice Reiter                

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !