De Hessel à Wikileaks

jeudi 03 mars 2011

Le relais passe par internet

De Hessel à Wikileaks

Depuis que le livre de Stéphane Hessel est sorti, les pays arabes connaissent une révolution de jasmin boostée par les réseaux sociaux et appuyée sur leur jeunesse, et Wikileaks défraie la chronique.

« Ce qui est vraiment marquant est que tout s’enchaîne aujourd’hui », commente Yannick Lerible. Et le livre de Julian Assange, le sulfureux créateur de Wikileaks prend le relais de la campagne Hessel, dans un autre genre.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Underground (ed. des Equateurs) raconte la naissance du grand mouvement de « hacking » qui s’est développé à la fin des années 90 en particulier en Australie. C’est là qu’une poignée de jeunes, pas encore majeurs pour la plupart, sont devenus des robins des bois du web, capables de pirater n’importe quel site ultra-protégé comme celui de la NASA ou des Etats.
« Ils n’étaient pas seulement des experts en informatique, explique Olivier Frébourg, l’éditeur français du livre. Julian Assange est par exemple un grand lecteur de Shakespeare et d’Horace mais son enfance de petit surdoué a été affectivement très perturbée, ce que ce document révèle ». Publié une première fois en Australie en 1997 et cosigné par la journaliste high-tech Suelette Dreyfus, Underground apporte, de fait, un éclairage neuf sur le scandale Wikileaks
5 000 exemplaires d’Underground sont sortis fin février, le livre était déjà épuisé sur commande avant même sa parution. " Il faut sortir du jugement moral, qui est une habitude française, enjoint l’éditeur. Wikileaks est la plus grande révolution dans la communication, le journalisme et l’édition depuis des siècles."
Julian Assange est un héros stendhalien de notre temps dans le sens où c’est un être qui agit seul contre la puissance des états. Le travail de l’éditeur est de donner la parole aux hommes comme lui. Ces hackers sont les nouveaux hippies du XXIe siècle, gorgés du rock & roll des années 80, qui utilisent les outils de leur génération pour proposer une révolution pacifiste ».
Mouvement de fond ou simple énervement ?  L’indignation saura-t-elle déboucher sur des changements sociétaux concrets ?  L’éveil des consciences est-elle le premier pas vers un jour meilleur tel que seuls les utopistes du XVIIIe siècle et le Flower power des années 60 savaient rêver ?
Julien Bayou qui lutte avec opiniâtreté pour défendre ses idéaux avec les membres de Jeudi Noir, est optimiste. "Aujourd'hui, même si je suis sans doute de parti-pris, je sens comme une euphorie et une envie d'en découdre, mais gentiment. Le web y participe depuis quelques années en permettant la diffusion d'autres infos, en mettant en avant les alternatives, les solutions possibles. Le citoyen aujourd'hui commence à en prendre conscience. En tout cas, j'ai envie d'y croire".
Karine Papillaud
 
Sur le même sujet :
Le phénomène Hessel

Underground, Julian Assange, Equateurs, (2011)

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !