Confidences des finalistes du Prix Orange du Livre 2014

mercredi 21 mai 2014

Qui sera le lauréat de la 6e édition ?

Confidences des finalistes du Prix Orange du Livre 2014

Cinq romans sont en lice pour le Prix Orange du Livre 2014. Cinq romans sélectionnés par le jury pour leurs indéniables qualités littéraires. Cinq romans soumis au vote des internautes pour déterminer qui sera le lauréat de cette 6e édition.

Mais qui se cache derrière ces pages, cette plume, cette verve ? Comment ont réagi les auteurs à l'annonce de leur nomination ?

Hubert Mingarelli, Lola Lafon, Marc Lambron et Maylis de Kerangal ont accepté de répondre à quelques questions.

 

 

 

 

Hubert Mingarelli, auteur de L'homme qui avait soif (Stock)

Vous faites partie des cinq finalistes du Prix Orange du Livre qui sera remis le 27 mai. Comment vivez-vous cette sélection ?

Je vis très bien cette sélection. C'est toujours agréable d'être choisi, c'est une façon de dire à quelqu'un qu'il a bien travaillé, et comme j'ai envie de bien travailler...



Après le jury, c'est maintenant au tour des internautes du site lecteurs.com de voter. Quel sens cela prend-il pour vous ?

Un jury de lecteurs est toujours impressionnant parce que l'on sait qu'il sera sans concession. Quand on donne un de ses livres à un ami, on sait par avance que son jugement sera, lui, toujours plein de concessions. On a besoin des deux.



Qu’avez-vous envie de dire aux internautes qui n’ont pas encore lu votre roman ?

Aux millions de lecteurs qui ne m'ont jamais lu, je peux dire sans rire que je suis exactement comme eux. Moi non plus je n'ai jamais lu un de mes livres. Et je ne dis pas ça pour faire une blague ou faire le malin. C'est la vérité vraie. Je ne saurai jamais si je les aime ou pas.

 

Lola Lafon, auteur de La petite communiste qui ne souriait jamais (Actes Sud)

Vous faites partie des cinq finalistes du Prix Orange du Livre qui sera remis le 27 mai. Comment vivez-vous cette sélection ?

C'est extrêmement émouvant de voir son travail distingué parmi tant d'autres, quelle que soit l'issue... ça me met aussi dans la position sportive de mon personnage de fiction ! (la littérature est-elle un jeu olympique ?)

Après le jury, c'est maintenant au tour des internautes du site lecteurs.com de voter. Quel sens cela prend-il pour vous ?

Un peu irréel et formidable. L'écriture est si solitaire, et ce pendant deux ans pour ce roman-là, que d'imaginer que "La petite communiste..." fait maintenant partie de l'imaginaire de lecteurs et lectrices est troublant (et joyeux !)

Qu’avez-vous envie de dire aux internautes qui n’ont pas encore lu votre roman ?

Ne cherchons pas (trop !) de réponses, nourrissons-nous de questions et de portes ouvertes, d'images...

 

Marc Lambron, auteur de Tu n'as pas tellement changé (Grasset)

Vous faites partie des cinq finalistes du Prix Orange du Livre qui sera remis le 27 mai. Comment vivez-vous cette sélection ?

Une orange à cinq quartiers démultiplie le plaisir des gourmets.

Après le jury, c'est maintenant au tour des internautes du site lecteurs.com de voter. Quel sens cela prend-il pour vous ?

Le suffrage universel permet d'exprimer des goûts particuliers.

Qu’avez-vous envie de dire aux internautes qui n’ont pas encore lu votre roman ?

Que c'est pour tout auteur une grâce d'être lu !

 

 

 

Maylis de Kerangal, auteur de Réparer les vivants (Verticales)

Vous faites partie des cinq finalistes du Prix Orange du Livre qui sera remis le 27 mai. Comment vivez-vous cette sélection ? 

Cette sélection est élaborée par des écrivains, des libraires et la place qu'ils ont donnée à Réparer les vivants compte pour moi. Leur lecture est importante car elle témoigne de la vision qu'ils ont de la littérature d'aujourd'hui, de la manière dont ils peuvent considérer le champ littéraire, ses différents territoires, ses différentes écritures. 

Après le jury, c'est maintenant au tour des internautes du site lecteurs.com de voter. Quel sens cela prend-il pour vous ? 

La lecture des internautes est d'autant plus intéressante qu'Internet est un lieu où vit la littérature. Les échanges, les débats, les critiques qui s'écrivent et prolifèrent dans des sites ou sur des blogs manifestent l'importance de la fiction, l'intensité de sa présence. Les livres bénéficient de cette vitalité, de cette liberté. 

Qu’avez-vous envie de dire aux internautes qui n’ont pas encore lu votre roman ?

J'ai envie de leur dire que ce livre les attend !

 

Propos recueillis par Karine Papillaud

Où trouver « Réparer les vivants » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !