Cet instant là de Douglas Kennedy

lundi 28 novembre 2011

Quand l'Histoire sacrifie la romance

Cet instant là de Douglas Kennedy

Douglas Kennedy, maître incontesté des histoires à rebondissements, change de cap et se lance dans la romance. Cet opus est une oeuvre très personnelle. Lui-même explique qu’elle lui fût inspirée alors qu'il était en pleine rupture conjugale.

Mais même si son héros vit comme lui dans le Maine, est auteur de romans et en plein divorce, la comparaison s'arrête là. Cet instant là n'est, certes, pas autobiographique.

 

 

 

 

 

Le roman débute en 2010 lorsque Thomas Nesbitt, écrivain américain à la cinquantaine glorieuse, retiré dans sa maison du Maine, reçoit par courrier la demande de divorce de sa femme. Quelques jours plus tard, lui parvient un pli d’Allemagne, envoyé par Johannes Dussmann, fils de Petra… l'amour de sa vie, son absolue passion, sacrifiée sur l'autel de la guerre froide plus de vingt ans auparavant. 

Flash-back. Vingt-cinq ans plus tôt, donc, Thomas, écrivain venu à Berlin pour écrire un récit de voyage rencontre Pétra, sa traductrice, transfuge de la RDA. Entre eux, naît une passion vibrante, fusionnelle. Un amour inconditionnel… ou presque. Nous sommes en 1984, le mur, visible cicatrice du conflit est-ouest coupe la ville en deux et brise les vies, comme celle de Pétra, séparée de son fils, qui hante le roman et que l’on découvre vraiment dans les dernières pages. 

La guerre, même froide, se mène sur fond de trahison, de mort et de douleur. Et souvent elle vient d'où on ne l'attend pas. Entre la STASI et la CIA, l'amour de Thomas et Pétra, vraisemblablement, ne survivra pas.

Il faut donc attendre ce courrier, longue lettre écrite par Pétra à Thomas, quelque vingt années plus tard pour comprendre et être ému. Elle y écrit, en effet : "Quel 'privilège', oui, cela a été de nous trouver l'un l'autre, même si cela n'a été qu'un bref, un fulgurant instant."  

À la fois roman d'amour, roman d'espionnage, roman historique et drame psychologique, Cet instant là nous transporte dans une Allemagne déchirée avec luxe de détails historiques et géopolitiques. Construit en cinq grandes parties, constatons que ce n'est pas le meilleur cru de Douglas Kennedy. Il peine à démarrer et verse parfois dans l'intrigue amoureuse doucereuse.

La narration historico-politique est en revanche très réussie et la description de Berlin fidèle et précise. Il faut, de plus, attendre la quatrième partie pour que le roman prenne toute sa consistance, lorsque la lecture des cahiers écrits par Pétra donne au récit une perspective nouvelle, en révélant les incompréhensions dues aux non-dits et envoie Thomas vers un abîme de culpabilité. 

Douglas Kennedy semble dans le regret amer d'un instant qui a tout fait basculer…

 

Agathe Bozon

 

Interview de Douglas Kennedy à propos de son roman

Cet instant làDouglas Kennedy, Belfond, (2011)

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Cet instant-là » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !