Céline Minard répond à nos questions sur "Le grand jeu"

mardi 27 septembre 2016

Rentrée littéraire 2016

Céline Minard répond à nos questions sur "Le grand jeu"

En avant-première, 50 lecteurs ont lu les romans de la rentrée littéraire pour lecteurs.com, dans le cadre des Explorateurs de la rentrée. Ce sont eux qui ont posé leurs questions aux écrivains sélectionnés.

 

Voici donc l’interview de Céline Minard, qui publie Le Grand jeu (Rivages) et pour lequel vous retrouverez les chroniques ici.

 

Son précédent roman, Faillir être flingué avait reçu le Prix du Livre Inter, on parle beaucoup de son nouveau pour cette rentrée.

  

anja k :

- Comment définiriez-vous votre héroïne ? Que pourriez-vous nous donner comme pistes pour comprendre ce personnage qui reste jusqu'au bout mystérieux et insaisissable ?

Je dirais que c’est une femme en quête de sagesse. Elle était certainement plongée dans l’urgence et elle a voulu s’en extraire. Faire un pas de côté pour regarder en face ce que c’est vraiment qu’un risque, qu’un danger et quelle différence il y a entre les deux. Elle a choisi cette situation de solitude en montagne pour se dégager de la pression qu’il y a à vivre parmi ses semblables et pour s’engager, sans bruits parasites, dans son questionnement. Qu’est-ce que la vie bonne, comment on l’atteint, est-ce que ça passe par des règles et lesquelles ?

 

- La montagne est un personnage à part entière dans ce roman et occupe une place plus qu'importante, est-ce qu'elle était à la base de l'idée du roman, plus encore que le personnage lui-même et sa philosophie ? 

La montagne est indissociable du personnage et de sa recherche. Elle agit sur ma narratrice, elle est là pour ça, pour la former et l’orienter, par le plaisir du paysage, de la marche, de la contemplation et par l’épreuve. La montagne est une action du roman, la seule peut-être, fondamentale.



Marie S.:

- J'aime lire de belles histoires un peu romanesques avec des personnages bien ancrés mais l'intérêt de la lecture ne va en général au-delà de la dernière page. Avec Le grand jeu, la réflexion perdure puisque le thème reste comment mieux vivre. J'aurais aimé connaître pourquoi la narratrice a quitté la société. 

Cf. réponse n°1. Et j’ajouterai qu’au fond les raisons de sa retraite ne sont pas ce qui m’intéresse le plus. Il y a de multiples (bonnes) raisons de s’éloigner du monde, nous avons tous le choix. Elle a les siennes, mais c’est relativement anecdotique au regard de la situation dans laquelle elle choisit de se mettre, une situation de recherche qui est, elle, le cœur du roman. C’est peut-être pour ça que l’intérêt du livre persiste après la lecture, parce que la réponse à ces questions n’est pas dans la biographie ou dans la psychologie du personnage. Les réponses ne sont pas contenues dans son histoire personnelle. C’est à vous que les questions sont posées. 

 

- Pourquoi lui faire rencontrer un personnage si étrange, « tas de laine », moine, femme, général chinois...? Est-il réel ou l'incarnation pour la narratrice de l'Autre ? Un Autre mystérieux, différent que l'on ne comprend pas toujours mais qui nous pousse au-delà de nos limites.

Le personnage de la nonne est opaque, inattendu, il est comme le grand autre, dans le grand jeu. Pas assignable, même pas reconnaissable au premier abord, on se demande toujours comme elle va réagir et on se doute que ce ne sera pas « normalement ». C’est un moine, une nonne, une marmotte peut-être, une hippie, une chinoise, une grimpeuse, une bergère sans brebis, une idiote, un maître sans doctrine, tout en même temps. Parce que l’autre peut être tout cela et sûrement plus dès lors qu’il s’est dégagé lui-même des convenances et des conventions sociales, verbales, mentales et physiologiques.

 

- En tant que lecteur, je fais mes propres interprétations de votre texte. Cela vous agace-t-il que des lecteurs interprètent de manière personnelle au risque de se méprendre sur la teneur de votre message ?

Non ça ne me dérange pas. D’une part parce que je n’ai pas de message même si j’essaie de transmettre quelque chose, et d’autre part parce que c’est précisément le boulot du lecteur, l’interprétation. Comme tous les interprètes (en musique, en traduction) il y en a des bons et il y en a des mauvais, mais si cela m’embêtait, je ne publierais pas !

 

Merci Céline Minard !

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Le grand jeu » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !