#Bibliothèque idéale d’Isabelle Alonso

lundi 07 mars 2016

#Bibliothèque idéale d’Isabelle Alonso

Isabelle Alonso a accepté de nous dévoiler sa bibliothèque idéale.

 

Son dernier roman  Je mourrai une autre fois , qui évoque une période méconnue de l’histoire d’Espagne est une des belles surprises de cette rentrée, il vient de paraître aux éditions Héloïse d'Ormesson.

 

D’un pays à un autre, avec des personnages portés par l’amour, amour des hommes, de la terre, de l’autre, des parents, et bien souvent d’un pays, découvrez dans la bibliothèque d'Isabelle Alonso ces livres que nous avons déjà envie de découvrir ou de relire !

(Portrait de Isabelle Alonso © David Ignaszewski / Koboy)

  • De l'amour et des destins singuliers, encore et toujours

    • Couverture du livre « Le coeur glacé » de Grandes-A aux éditions Lattes

      Le coeur glacé de Grandes-A

      Le jour de sa mort, julio carrión, prestigieux homme d'affaires qui a acquis son pouvoir durant la dictature de franco, lègue une fortune considérable à ses enfants. il leur laisse également un passé incertain, caché, chargé de culpabilité, qui remonte à ses années dans la division azul, durant la guerre civile espagnole. à son enterrement, en mars 2005, son fils álvaro, le seul à ne pas avoir voulu travailler dans les affaires familiales, est étonné par la présence d'une belle jeune femme que personne ne reconnaît et qui fut peut-être la dernière maîtresse de son père.
      ... Le coeur glacé est un roman magistral qui entraîne le lecteur dans son histoire comme un fleuve déchaîné.

    • Couverture du livre « La tante Julia et le scribouillard » de Mario Vargas Llosa aux éditions Gallimard

      La tante Julia et le scribouillard de Mario Vargas Llosa

      La Tante Julia et le Scribouillard est un roman autobiographique du romancier péruvien Mario Vargas Llosa en 1977.

    • Couverture du livre « Portnoy Et Son Complexe » de Philip Roth aux éditions Gallimard

      Portnoy Et Son Complexe de Philip Roth

      L'auteur livre un roman rempli d'une tendresse amère sur la population juive américaine des années cinquante

    • Couverture du livre « La promesse de l'aube » de Romain Gary aux éditions Gallimard

      La promesse de l'aube de Romain Gary

      « - Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France - tous ces voyous ne savent pas qui tu es !
      Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais, alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu'elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l'Armée de l'Air ... j'entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : - Alors, tu as honte de ta vieille mère ? »

    • Couverture du livre « Les cendres d'Angela » de Frank Mccourt aux éditions Pocket

      Les cendres d'Angela de Frank Mccourt

      Si l'Irlande est l'enfer, Brooklyn est son antichambre. La Grande Dépression, le chômage, la mort d'une fillette ont fait retraverser l'Atlantique aux McCourt. Frank a quatre ans et ne connaît de Limerick que les chants joyeux de sa mère. Il ignore encore la faim, le froid, les puces, le chapardage et la mendicité. Et la pluie, partout, toujours, insinuante, comme le poids du péché. Balade au coeur d'une enfance irlandaise, au temps des cendres que viendront bientôt chasser les rayons du soleil.

    • Couverture du livre « Beloved » de Toni Morrison aux éditions 10/18

      Beloved de Toni Morrison

      Inspiré d'un fait-divers survenu en 1856, Beloved exhume l'horreur et la folie d'un passé douloureux. Sethe est une ancienne esclave qui, au nom de l'amour et de la liberté, a tué l'enfant qu'elle chérissait pour ne pas la voir vivre l'expérience avilissante de la servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable. Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire, exorcise le passé et transcende la douleur des opprimés.

    • Couverture du livre « Le Manoir » de Singer-I.B aux éditions Stock

      Le Manoir de Singer-I.B

      En 1863, les Polonais se révoltent contre la Russie, sans succès. Parmi les rebelles, le comte Wladislaw Jampolski est emprisonné et ses terres confisquées. Calman Jacoby, juif pieux qui gagne sa vie comme grainetier, profite de l'occasion qui s'offre à lui de prendre à bail le domaine du comte Jampolski.
      ... Si ce dernier devient un homme d'affaires, son conservatisme inné le rend méfiant à l'égard des idées nouvelles et révolutionnaires qui prennent naissance un peu partout ; l'impact de cette nouvelle civilisation sur Calman et sa famille est l'idée-force du roman de Singer, qui est aussi la chronique d'une époque.

    • Couverture du livre « Un instant dans le vent » de Andre Brink aux éditions Lgf

      Un instant dans le vent de Andre Brink

      L'expédition conduite par Erik Larsson à l'intérieur du continent sud-africain se termine par un désastre : le guide se suicide, les porteurs s'enfuient, les deux Blancs qui l'avaient conçue meurent.
      Elisabeth Larsson reste seule survivante. Apparaît Adam, un esclave en fuite. Cette femme blanche, cet homme noir que tout sépare vont cheminer ensemble vers ce qu'ils appellent la civilisation. Mais le vrai cheminement s'accomplit en eux-mêmes à la rencontre l'un de l'autre et de l'amour qui va les unir. On retrouve ici la même langue somptueuse, le même amour passionné de la terre africaine et la même condamnation des rigueurs de l'apartheid que dans les autres romans d'André Brink.

    • Couverture du livre « Mourir D'Enfance » de Alphonse Boudard aux éditions Robert Laffont

      Mourir D'Enfance de Alphonse Boudard

      Avec son regard acide, son invention verbale, sa mélancolie aussi, Alphonse Boudard évoque le monde disparu de sa jeunesse. Au fil du récit, il laisse s'exprimer une émotion de plus en plus forte. On connaissait le Boudard de la langue verte et de la verve populaire, ce livre révèle un Boudard plus personnel, sensible et révolté - un magnifique écrivain français.

    • Couverture du livre « Mars » de Fritz Zorn aux éditions Gallimard

      Mars de Fritz Zorn

      Fils d'une famille de Zurich, celui qui a écrit ce livre fut ce qu'on appelle un enfant bien élevé. Dans la somptueuse villa régnait l'entente parfaite. Un certain ennui aussi. Zorn nous décrit les petits travers de ses parents. Avec humour ? Disons plutôt avec une noire ironie, celle du jeune homme qui, découvrant qu'il est atteint du cancer, pense aussitôt : naturellement.
      Jamais les contraintes et les tabous n'ont été analysés avec une telle pénétration. Jamais la fragilité de la personne, le rapport entre le corps et l'âme n'a été décrit avec une telle lucidité.

    • Couverture du livre « San Antonio t.1 » de Frederic Dard aux éditions Robert Laffont

      San Antonio t.1 de Frederic Dard

      " Si un jour votre grand-mère vous demande le nom du type le plus malin de la terre, dites-lui sans hésiter une paire de minutes que le gars en question s'appelle San-Antonio ", Réglez-lui son compte (1949).
      La saga des enquêtes du commissaire San-Antonio comporte 175 épisodes parus entre 1949 et 1999. Monument sans égal dans la littérature policière française, mêlant intrigues échevelées et humour débridé, elle reste sans pareille, bigarrée, tonitruante, populaire et bourrée de références.

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Je mourrai une autre fois » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !