Allmen et la disparition de Maria de Martin Suter

mardi 19 mai 2015

Plus précieuse qu'un Fantin-Latour

Allmen et la disparition de Maria de Martin Suter


Allmen International Inquiries, créée par Friedrich von Allmen, esthète et fin connaisseur en art, est une société de détectives privés spécialisée dans la recherche d'œuvres d'art perdues ou volées. 
Une activité qui permet à son fondateur, faux aristocrate et vrai dandy, de vivre sur un grand train.

Allmen et la disparition de María est le quatrième volume d'une série.

 

Inhabituelle enquête pour Allmen
Allmen International Inquiries vient tout juste de retrouver Les Dahlias, une toile d'Henri Fantin-Latour d'une valeur de trois millions et demi appartenant à Dalia Gurtbauer, quand María Moreno, femme de chambre sans papiers, disparaît.

Allmen et Carlos, son fidèle collaborateur et associé, également compagnon de María, craignent le pire et redoutent de mauvaises nouvelles. À juste titre, "Elles arrivèrent le lendemain. Un ravisseur appela et exigea, en guise de rançon… les Dahlias."


Reste à convaincre Dalia Gurtbauer de se séparer de son précieux tableau fraîchement retrouvé, le temps de procéder à l'échange entre l'otage et la toile. Et bien sûr par la suite, "Allmen International Inquiries a déjà récupéré le tableau une fois. Pourquoi pas une deuxième ?"
Allmen et Carlos sont loin d'imaginer que convaincre la vieille dame ne sera pas très difficile, mais que les difficultés seront d'un autre ordre.
 
 
Une course contre la montre
Les jours de María sont comptés, une menace de mort pèse sur sa tête et le compte à rebours a commencé. Car, si la vieille dame accède à leur demande, les deux détectives découvrent avec horreur qu'elle a, dans un accès de fureur, saccagé la précieuse toile "Un vaste trou béait sur le tableau. Le plus grand des dahlias avait été découpé".
L'enquête prend alors une autre dimension, une course contre la montre pour laquelle il faut se passer des services de la police car l'otage, travailleuse clandestine, risquerait l'expulsion.
Carlos et Allmen vont alors faire preuve de ruse et de diplomatie pour déjouer les pièges et retrouver leur amie.
 
Une enquête haletante faite de rebondissements, avec des descriptions dont Martin Suter a le secret pour réveiller les cinq sens de son lecteur. Son récit de la captivité de María ne nous épargne rien, pas même l'odeur ni le goût, qui rappellent son talent exceptionnel, capable d'évoquer l'odorat et le palais comme personne et dont il avait fait une magistrale démonstration dans son roman Le Cuisinier.

Comme toujours, l'auteur donne vie à des personnages hauts en couleur qui tissent une histoire étonnante où le raffinement aristocratique se frotte à la rugosité presque obscène des passés troubles et des caractères bruts.
Signalons que ce quatrième opus peut se lire indépendamment des trois précédents, car le prologue resitue le contexte et résume les précédentes aventures des héros et l'étrange passé du tableau.
 


Martin Suter
, né à Zurich en 1948, a commencé sa carrière comme publicitaire, avant de devenir scénariste. Depuis 1991, il se consacre à l'écriture. Son premier roman Small world, qui a obtenu le prix du Premier roman dans la catégorie étranger, a été adapté au cinéma en 2010 avec Nathalie Baye et Gérard Depardieu. Deux autres de ses romans sont en cours d'adaptation.
 
Agathe Bozon
 
Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni

 

Où trouver « Small World » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !