9e art et gastronomie : du pain sur les planches

lundi 14 mai 2012

Quand la BD passe à table

9e art et gastronomie : du pain sur les planches

 

Les bandes dessinées autour de la cuisine se multiplient et génèrent un bel engouement. Un nouveau genre bientôt incontournable ? 
 
 
 
 
 
 
La cuisine est à la mode. Ces temps-ci, entre les « Top Chef » et autres « Un Dîner presque parfait » en passant par « Masterchef », on compte plus d’émissions de télé culinaires que de concours de chants. Quant aux cours de cuisine, ils sont devenus un cadeau répandu tandis que les tables spécialisées dans la « bistronomie » ne désemplissent pas. L’univers de la gastronomie inspire aussi les auteurs de bandes dessinées, comme l’atteste la profusion de titres parus ces derniers mois. Christophe Blain (le dessinateur des « Quai d’Orsay ») a publié « En cuisine avec Alain Passard », une plongée dans les marmites du grand chef du restaurant parisien triplement étoilé L’Arpège, mélange de reportage et de recettes. A la clé, pour l’ouvrage, un très joli succès public et critique, doublé du Prix France Info 2012. « Le Viandier de Polpette » d’Olivier Milhaud et Julien Neel relate pour sa part la vie d’une auberge sur le mode fantasy « où la cuisine a pris la place de la magie ».
 
Déjà auteurs du « Livre noir de la gastronomie française », Aymeric Mantoux et Emmanuel Rubin, récidivent en bédé avec « La guerre des étoilés », un pamphlet sur le business des grands chefs. Sans oublier « A boire et à manger », version « livresque » du blog de Guillaume Long, approche ludique de la cuisine à la maison (voir interview). Des registres très variés, donc, à l’image de la diversité du patrimoine gastronomique français. 
 
S’il n’est pas étonnant que la cuisine fasse recette au pays de Paul Bocuse, on constate que les Japonais exploitent également la thématique en version manga, avec « Le restaurant du bonheur » de Yasuhiro Nakahishi ou « Le gourmet solitaire » de Jiro Taniguchi. Cet ouvrage, qui suit le parcours d’un homme d’affaires passionné de gastronomie, a connu un tel succès qu’il a été adapté en série télé, diffusée depuis janvier au Japon sur la chaîne TV Tokyo. On citera également « Lord of burger », sorte de bédé mondialisée naviguant entre manga, comic et tradition européenne, autour d’un thème on ne peut plus universel. Neuvième art et gastronomie se rencontrent même lors d’une manifestation dédiée, Bulles à croquer, dont la quatrième édition se tiendra en juin à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Au menu : dédicaces, rencontres avec les auteurs, et démonstration culinaires croquées par les dessinateurs.
 
Comment expliquer cet engouement ?
Si le genre est plutôt récent et donc prompt à susciter l’intérêt, l’image sait stimuler la sensation gustative d’une manière que le seul écrit peut difficilement égaler. Et, à l’inverse des livres de recettes à l’ancienne et autres traités culinaires, ces ouvrages racontent avant tout des histoires. Ce qui favorise l’adhésion du lecteur, sans pour autant délaisser le côté pédagogique. Rappelons enfin que la nourriture est un sujet important chez certains grands classiques de la BD. Ce n’est pas Obélix, grand amateur de sanglier devant Toutatis, qui dira le contraire!
 
Bulles à croquer. 4e festival de bande dessinée et gastronomie. Les 9 et 10 juin à Saint-Brieuc.
 
Sur le même sujet : Interview de Guillaume Long
 

Où trouver « Le restaurant du bonheur t.1 » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !